RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
OK Google ! T'es viré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 245 messages qui m'ont rapporté : 878 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Sam 25 Aoû - 23:14


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

    C’était étrange pour Bonaventure, l’idée même de rencontrer le fils d’Andrea. Un enfant qui aurait pu être le sien si les choses s’étaient mieux déroulées, il y a quatre ans. Il ne voulait jeter la pierre ni à l’un ni à l’autre car dans cette histoire, ils étaient tous les deux fautifs mais cela n’empêchait pas le métisse de ressentir des remords. A cette époque, il l’avait laissé partir, partant du principe que c’était mieux ainsi mais dans le fond, il avait simplement eu peur. Peur d’aimer, lui qui chérissait tant l’amour. Il avait été trahi une fois et s’il avait pensé avoir depuis lors, oublié ce passé sinistre, il avait été obligé de reconnaitre que la trahison de Lucy avait eu des répercussions sur le long terme. A présent, il n’était plus le même homme. Ce retour dans ce fauteuil roulant avait été une malédiction à bien des égards mais il l’avait également poussé à mûrir un peu plus. Aujourd’hui, l’homme qu’il était devenu se serait battu pour garder une telle femme dans sa vie. Par amour mais aussi par conviction. Il aimait Andrea, elle était sûrement la femme de sa vie. Bonaventure avait conscience d’avoir raté le coche mais son cœur continuait de battre pour elle quoiqu’il fasse, quoiqu’il dise. Peut-être était-ce là, sa seconde chance. « Dans le troisième tiroir et non, ça devrait le faire pour le reste » dit-il en la regardant évoluer dans sa salle de bain comme si, elle avait toujours habitué dans cette maison. Il aimait cette sensation qui naissait en lui et un léger sourire étira ses lèvres. Andrea était toujours aussi magnifique. Il avait hâte de voir ce petit gars en espérant qu’il tenait plus de sa mère que de son père. « Je vais les prendre » répondit-il en tenant le bras tandis que son regard se perdait dans le sien. Ils avaient l’air beau tous les deux figés dans cette salle de bain. N’y tenant plus, Bonaventure tira sur l’un de ses bras pour se relever mais il manqua de trébucher à nouveau, se rattrapant à l’épaule d’Andrea. Sans le vouloir, pour se maintenir debout, il la plaqua contre lui, son visage à quelques centimètres du sien. « Je t’ai trempé… Désolé » murmura-t-il, son regard perdu dans le sien. Il mourrait d’envie de l’embrasser là maintenant. Ses lèvres avaient-elles toujours ce petit goût sucré qui le rendait dingue au temps de leur relation ? Est-ce qu’un baiser d’Andrea était-il toujours un avant-goût du paradis ? Bonaventure mourait d’envie d’avoir ces réponses-là mais il resta figé, cette femme entre ses bras. « Je ferais mieux de m’asseoir dans mon fauteuil, c’est moins risqué pour toi » plaisantait-il d’une voix douce.

AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Lun 10 Sep - 0:09

Je suis dans cette salle de bain et c'est comme si j'avais toujours vécu ici. Ou presque, parce que j'ai besoin des directions données par Bonaventure pour trouver les serviettes dont il a besoin. C'est vraiment très étrange comme situation mais, en même temps, je me sens à ma place et c'est sûrement ça qui est encore le plus étrange. J'ai l'impression d'être chez moi, j'ai l'impression d'être à ma place et cela fait bien longtemps que ça ne m'est pas arrivé. Je lui tends les serviettes qu'il m'a demandé et rapidement, il se retrouve contre moi. Mon regard est toujours planté dans le sien et je ne bouge pas. Je suis incapable de bouger quoi que ce soit. J'ai l'air d'une putain d'idiote et je me foutrais des coups si je le pouvais. Mais ça voudrait quitter le regard de Bonaventure et je ne suis pas prête à ça. Je ne sais pas pourquoi il s'est levé de la sorte. Ça aurait pu être vraiment dangereux et une chute est déjà bien assez. " C'est de l'eau, ça sèche " Que je souffle avec un léger sourire sur le visage. C'est la première fois que je ne couine pas parce que je suis trempée alors que ce n'est ni le moment ni le lieu de l'être. Je m'en fiche. Je pourrais glisser sous le jet d'eau avec lui toute habillée s'il me le demandait. Je ris légèrement et hausse les épaules. " C'est toi qui voit… " Oui, je tente complètement de lui faire comprendre qu'il peut rester là tant qu'il veut, je n'en ai rien à faire. On est seuls pendant encore une bonne demi heure avant que Paris ne dépose Louis et rentre chez lui. On peut passer trente minutes à se regarder dans le blanc des yeux s'il le faut, ça me convient parfaitement. " Pourquoi tu m'as pas appelé après le bar ? " Que je demande simplement alors que ma main droite, le long de mon corps, tente de trouver sa main gauche, frôlant sa cuisse à quelques reprises avant de réussir à accrocher ses doigts avec les miens. " J'attendais que ça, que mon téléphone vibre sur ma table de nuit, quelle idiote " Que je ris en levant les yeux au ciel, attendant quelques secondes avant de soupirer doucement " T'as tes affaires de rechange ou tu veux que j'aille te chercher un pyjama, des sous-vêtements, des habits ? " Il doit être fatigué de sa nuit, je le suis de la mienne mais il a pas à faire semblant pour moi, pour Louis. S'il veut dormir, il peut juste aller se poser dans son lit et… voilà. On rentrera à la maison avec le petit, ce n'est pas un soucis. Et je change de sujet de conversation parce que je ne suis pas sûre de vouloir entendre sa réponse pour tout dire...



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 245 messages qui m'ont rapporté : 878 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Mer 12 Sep - 23:41


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

   Pour une fois, Bonaventure était heureux de ne pas forcément tenir sur ses deux jambes car il avait à nouveau Andrea entre ses bras, contre son torse trempé. Il la regardait légèrement étonné de ne pas entendre sa litanie sur les vêtements trempés. Il faut dire qu’il se souvenait de toutes les fois où elle lui avait dit : non pas de baiser, je ne me suis pas lavée les dents ou encore non, pas l’amour ici, il fait trop chaud, je suis moite de sueur. Des moments qui lui avaient donné envie de rire et de pleurer de frustration. « Je retiens l’évolution concernant l’eau » s’amusait-il à dire pour la taquiner mais Bonaventure ne pouvait rester léger. Le moment était si intense qu’il ne savait quoi faire. Enfin si, il savait pertinemment ce qu’il voulait faire mais il ignorait s’il pouvait se permettre un tel geste vis-à-vis d’Andrea. Aimait-elle toujours le père de son fils ? Bonaventure refusait de briser une famille. La fidélité était bien trop importante à ses yeux et puis, il refusait d’être un choix par défaut surtout vis-à-vis d’Andrea. Sa main cherche la sienne et frôle sa cuisse, lui arrachant un frisson. Leurs doigts finissent par s’accrocher et Bonaventure esquisse un sourire. « Crois-moi, j’ai composé ton numéro un millier de fois mais je savais que tu me fuyais. Ce soir-là, Paris ne t’a jamais appelé… Je savais que tu me mentais mais j’ignorais pourquoi tu le faisais alors je me suis dit qu’il valait mieux te laisser fuir pour cette fois-ci mais l’envie de t’appeler était forte. Trop forte » avouait-il sans aucune honte. Le métisse avait composé plusieurs fois son numéro pour mieux jeter son téléphone portable. Il ne voulait pas s’imposer dans la vie de son ex-petite-amie même si cela le démangeait. Aujourd’hui, il prenait conscience de son erreur. A nouveau, il avait choisi la facilité au lieu de prendre le risque. Quand est-ce qu’il apprendrait de ses erreurs ? Pourquoi Andrea le rendait si lâche ? « J’ai bien envie de sortir de cette salle de bain pour aller m’habiller. Cela ferait tâche d’accueillir ton fils complétement nu » dit-il avec un sourire en coin. Bonaventure prit appui de sa main contre le mur, prêt à se détacher d’Andrea pour regagner son fauteuil quand il se ravisa. « Andy… » l’interpellait-il. Il allait parler quand il l’attira à lui, sa main libre venant caresser sa joue. La douleur était cuisante, son dos hurlant le martyre mais Bonaventure voulait se tenir debout pour cet instant. Avec plus de conviction, sa main quitta sa joue pour venir se saisir de sa nuque et l’approcher un peu plus. Bonaventure effleura dans un premier temps ses lèvres des siennes dans un baiser si léger que l’on pourrait douter de son existence. Puis, il s’enhardit et captura les lèvres d’Andrea dans un baiser d’une rare tendresse. Un baiser qu’il rêvait de lui donner depuis le soir où il l’avait revu dans ce bar. Il ignorait l’accueil qu’elle allait lui recevoir mais le métisse en avait assez de reculer et de faire semblant de ne rien ressentir. Il y a quatre ans, il avait commis l’erreur de la laisser partir. Il y a quelques jours, il avait commis l’erreur de ne pas la rappeler. Aujourd’hui, il ne quitterait pas cette salle de bain en commentant l’erreur de ne pas l’embrasser.
AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Jeu 4 Oct - 12:46

La petite taquinerie de Bonaventure m'arrache un sourire franc. Il y a quelques années, je n'aurais clairement pas réagis de la sorte et il le savait bien. Seulement, avoir un enfant, c'était se retrouver à essuyer des fesses puantes à pas d'heures, à ramasser du vomis sur le dos des chaises après le biberon du soir. Bref, j'avais du mettre mes manières de côtés. Enfin pas toutes non plus. Mon hygiène buccale était toujours primordiale pour moi. Il n'y avait que les petits moments hors de mon contrôle qui me laissaient de marbre maintenant. " Je pensais pas mais avoir un enfant ça te change une vie " Que je souffle doucement. Ça te change absolument tout. De la perception de la vie à l'amour que tu portes à cet enfant. Je ne pensais pas être capable d'aimer plus que ce que j'avais aimé par le passé et Louis me prouvait le contraire tous les jours. La venue au monde de Louis avait été une bénédiction et m'avait permis de grandir en un claquement de doigts. J'étais chanceuse mais avoir un enfant voulait aussi dire avoir des tas de responsabilités. Et c'était d'ailleurs pour cela que j'avais fuis au bar. J'écoute Bonaventure, mon regard perdu dans le sien et déglutis difficilement. Il a compris. Il a très bien compris que je l'évitais, que je le fuyais et il m'a laissé faire. Je ne sais même pas si ça me donne envie de le secouer ou de l'embrasser. Surement un peu des deux. Parce qu'il avait préféré me laisser filer sans rien dire. Mais il avait surtout accepter mon choix, aussi idiot soit-il. Et ça, ça a beaucoup de valeurs pour moi. Plus qu'il ne peut l'imaginer. Je l'écoute et ris très légèrement. " Je pense que c'est Paris que ça choquerait le plus " Que je lance avec un léger haussement d'épaule. Oui, je pouvais déjà entendre mon meilleur ami me demander ce qu'on avait fait. Rien. Voilà ce qu'on avait fait. Je l'ai juste aidé à se redresser après sa chute dans la douche. C'est quand même dangereux quand j'y pense. Mais il me l'a dit, il a eu trop confiance et voilà comment ça a fini. Sa main contre le mur, je m'apprête à lui simplifier la vie en rapprochant son fauteuil de lui mais je m'abstiens quand il m'appelle Andy. Je frissonne. Mon corps se gèle et je le regarde sans pouvoir faire quoi que ce soit. Respirer, déglutir, parler ? C'est surfait tout ça. La tension est palpable et j'attends là comme une collégienne de douze ans. Mes jambes flageollent doucement et je regarde Bonaventure, je le regarde s'approcher de moi. L'homme que j'aime, que je n'ai jamais cessé d'aimer et que je ne cesserai surement jamais d'aimer. Ce baiser. Cet avant goût qui me tord les boyaux. Mais dans le bon sens du terme. Et alors que je m'apprête à l'embrasser de nouveau, pour de vrai, comme des adultes cette fois, ses lèvres trouvent les miennes et mes yeux ses ferment. Mes bras trouvent place dans son dos, mes doigts caressants son dos et je fais un pas en avant pour être encore plus proche de lui. Dieu que je l'aime. Le baiser se rompt et un sourire se dessine sur mon visage. " Je me demandais quand est-ce que ça allait arriver… " Je souffle doucement en l'embrassant à nouveau un peu plus rapidement mais toujours avec le même amour. Je suis incapable de mettre un mot sur tout ce que je ressens mais ce contact traduit ce que je ressens. Je me détache rapidement et souffle " Je devrais pas. Je devrais pas succomber mais je suis incapable de résister. Je suis désolée d'avoir fuis au bar… Mais je… " Mais je suis dans la merde et ce n'est clairement pas le moment ni la position pour en parler. Bonaventure est debout depuis un petit bout de temps. Je dépose très rapidement mes lèvres sur les siennes et lui glisse son fauteuil juste derrière ses genoux le plus rapidement que je peux. " Je vais faire un petit-déjeuner pour Louis et pour nous, vas te préparer… tu veux quelque chose de spécial ? " Que je lui demande, prête à lui laisser l'intimité dont il a besoin pour s'habiller et se préparer mentalement à avoir une discussion qui a beaucoup d'importance pour moi, pour ma vie et celle de mon fils. Ces baisers veulent tellement dire de choses pour moi. Mais ça implique quelque chose pour Bonaventure aussi. Et si j'avais juré vouloir le protéger et le garder hors de tout ça… je crois que j'en suis définitivement incapable.



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 245 messages qui m'ont rapporté : 878 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Dim 7 Oct - 21:19


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

   Bonaventure afficha un sourire plein de tendresse. C’était nouveau pour lui d’entendre Andrea parler d’un enfant et surtout de la savoir mère mais dans son regard, il pouvait lire tout l’amour qu’elle portait à son fils. Elle était une bonne mère, il n’en doutait pas un seul instant. Il ignorait tout du père de cet enfant mais à sa place, jamais, il n’aurait pu laisser sa famille partir loin de lui. Il était un enfant adopté, il savait ce que cela faisait d’être déraciné, d’être loin de sa famille biologique. Bonaventure n’avait jamais eu la chance de connaître sa véritable mère mais dans son malheur, les Weasley l’avaient entouré d’amour malgré ses quelques crises existentielles. D’ailleurs, c’était cet amour qui aujourd’hui, lui donnait envie d’être père à son tour. Le métis s’était longuement renseigné ces derniers mois concernant une éventuelle mère porteuse mais être père célibataire était déjà compliqué mais en prime, être un père handicapé rendait les choses diablement difficiles. « Je vais avoir du mal à le plaindre » se moquait-il de Paris. Les rapports entre les deux hommes étaient assez tendus depuis le divorce du rouquin. La loyauté sans faille de Bonaventure allait bien entendu vers Summer et non vers Paris alors tant que ce dernier ferait souffrir sa meilleure amie, nul doute que le métis continuerait de se tenir en travers de sa route.

Peu à peu, l’ambiance devient moins légère, plus intimiste. Bonaventure sait qu’il n’aura pas de seconde chance. C’est maintenant ou jamais, il ne sait pas pourquoi il pense ainsi mais c’est dans son instinct. Quelque chose lui souffle qu’Andrea ne l’attendra pas toute une vie alors il se lance, ses sentiments au bord des lèvres. Le premier baiser est bien plus une demande qu’un réel baiser et le métis s’enhardit face à la réaction de celle qui hante son cœur depuis tant d’années. Ses mains dans son dos agissent comme un baume sur sa douleur. Il se sent bien, il se sent complet. « Il parait que pour séduire une femme, il faut savoir se faire désirer » plaisante-t-il avec tendresse avant de l’embrasser à nouveau, goûtant le plaisir de sentir ses lèvres contre les siennes. Cela lui avait tellement manqué. Andrea tente de lui expliquer quelque chose et Bonaventure l’écoute mais elle se ravise rapidement, le laissant perplexe mais heureux d’avoir pu l’embrasser. « Je ne dirais pas non à un sandwich, je n’ai pas pu réellement mangé durant ma garde cette nuit » demande-t-il avec un petit sourire d’excuse. Il ne voulait pas trop abuser mais il était réellement crevé et cette chute n’avait pas amélioré son état. Andrea finit par quitter la salle de bain et le métis termine de se sécher tout en essayant de retirer ce sourire idiot de son visage. Il file ensuite vers sa chambre pour enfiler un boxer, un bas de jogging et un T-shirt, puis, il roule vers la cuisine où il est certain d’y retrouver la femme de sa vie. « Si on m’avait dit que tu serais un jour dans ma cuisine, je crois que j’aurais pris le messager pour un fou » dit-il sans la quitter du regard, craignant qu’elle ne s’enfuit ou qu’elle ne soit finalement que le fruit de son imagination comme ces quatre dernières années.

AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Mer 10 Oct - 21:03

Fuir était ma nouvelle grande spécialité. C'était si facile de détaler quand tout allait mal plutôt que d'affronter les soucis. Je préférais nous protéger, protéger mon fils et me mettre entre parenthèse. Avoir un enfant, ça change une vie. Louis avait tout bousculé dans mon quotidien, dans ma façon de vivre et d'avancer. Aujourd'hui, c'était lui puis moi. Et malheureusement, j'avais préféré repousser Bonaventure que d'accepter tout ce qui arrivait. Se retrouver ici, après tant d'années… Si ce n'est pas l'opération du saint esprit, je ne sais pas ce que c'est. Encore plus avec notre rencontre de ce matin. Je veux dire, si l'intelligence artificielle n'avait pas merdé, je ne serai pas contre lui, à quelques secondes de me faire embrasser par l'homme que j'aime. Ses lèvres sont si douces. Un souvenir si doux me réchauffe le coeur. Qu'est-ce que ça fait du bien. J'ai l'impression d'être au bon endroit au bon moment, pour une fois. Tout semblait être 'comme il faut' et je lève les yeux à sa remarque. " Je ne suis pas n'importe quelle femme " Que je souffle entre deux baisers. Non mais franchement. Est-ce que j'ai l'air d'être Madame tout le monde ? Même pas en rêve. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir. On était un peu sur la réserve tous les deux. Chacun ses affaires en tête et puis, il n'y avait plus que moi dans l'équation. Louis était à prendre en compte aussi. Le petit garçon était un amour, il aimait tout le monde mais j'appréhendais un peu leur rencontre. J'appréhende tout ce qui touche à Louis de toute façon. Il s'adapte si bien et si vite que s'en est déprimant. Ou plutôt rassurant. Et c'était de penser au petit bout qui me faisait réfléchir un peu à tout ça, à ma fuite au bar et à tout ce qui m'attendait. " Un sandwich ça sera alors " Que je souffle avec un sourire avant de filer vers la cuisine. Je préparais le-dit sandwich pour Bonaventure et quelque chose d'autre pour Louis et moi même. J'essayais de chasser toutes mes pensées négatives, toutes mes interrogations de ma tête et c'est la voix de Bonaventure qui me ramène sur terre avec un petit sursaut. J'étais plongée dans mes pensées et … voilà. Les crêpes chauffent dans la poêle et lui souris. " Je t'avoue que si on m'avait dit que je serai chez toi entrain de faire des crêpes, j'y aurais pas cru non plus… " C'était tellement irréaliste et encore plus en entendant la sonnette retentir. Je souris légèrement et retira la poêle du feu. " Tu viens rencontrer mon petit homme ? " Que je demanda avec un large sourire. Il y allait avoir Paris - mon sauveur - avec lui mais bon. Le plus important c'était Louis et sa joie de vivre, sans doute aucun. " Je te préviens, il risque de te sauter dessus pour que tu lui fasses faire un tour " Je l'avais toujours emmené avec moi à l'hôpital quand la nourrice ne pouvait pas le garder à Paris. Alors forcément, il avait vu des tas de gens en fauteuils, sur des lits et il avait le don pour appeler papi et mamie chaque personne âgée qui passait par là. Le monde hospitalier ne l'a jamais effrayé et, à l'heure actuelle, il y passe la plus part de son temps. Pour lui, c'est tout à fait normal et c'est ce que j'aimais le plus chez mon fils. La tolérance et l'amour à revendre qu'il avait. Petit bout de chou à sa maman. " Bon, tu vas subir le regard de Paris aussi. Mais ça t'as l'habitude non ? " Que je demande en souriant largement, filant vers la porte, reconnaissant le petit poing tapeur de Louis contre la porte. Mon meilleur ami aurait surement beaucoup de chose à dire de tout ça. Mais je m'en fichais pas mal, autant le dire. J'étais pleine de bonnes intentions mais … ça s'arrête là.



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 245 messages qui m'ont rapporté : 878 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Jeu 11 Oct - 15:40


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

    « C’est le moins qu’on puisse dire, tu es loin d’être n’importe quelle femme » répliqua-t-il dans un murmure appréciateur. Andrea était une femme extraordinaire, la seule qui lui avait fait connaitre la joie d’être aimé. Il savait qu’elle avait payé pour les erreurs de Lucy, qu’il avait manqué de jugement au moment de leur séparation. Bonaventure avait écouté sa peur plutôt que son cœur. Qui aurait pu prédire qu’Andrea tomberait dans les anti-douleurs alors que lui-même combattait cette ancienne addiction depuis des années. Les médicaments, le métis les connaissait et les redoutait à la fois tout comme, s’il avait une si mauvaise opinion de sa virilité, c’était par rapport à Lucy. Son ex-fiancée l’avait quitté alors qu’il se trouvait à l’hôpital. Andrea lui avait donné une autre opinion de lui-même mais son manque de confiance avait été nourri par le sentiment de jalousie vis-à-vis de sa relation avec Priape. Peut-être était-il trop jeune à cette époque, pas assez mature pour l’amour. Il n’en savait rien si ce n’est que ces dernières années, il avait changé. Il était responsable de son département, souhaité devenir père et se poser. Bonaventure se débattait avec son fauteuil dans l’unique but non pas de redevenir le sportif qu’il était comme au temps d’Harvard mais simplement pour réaliser son rêve d’être père. Il savait que malgré sa fortune, malgré son travail, un père célibataire handicapé ne représentait pas un très bon dossier pour une adoption. Aussi faisait-il en sorte de quitter définitivement cet engin de malheur.

Andrea gagna la cuisine et lui sa chambre où il s’habilla pour mieux la rejoindre. Il était étrange de la voir en train de faire des crêpes. Cette vision était à la fois douloureuse et magique. Douloureuse car elle n’était pas sa femme, il ne partageait aucune intimité l’un et l’autre. Magique car elle incarnait tous ses fantasmes, toute son idée du bonheur. « Avec plaisir… J’ai l’habitude, Caleb demande toujours à monter sur mes genoux » dit-il avec un sourire amusé. Bonaventure adorait les enfants et il prenait son rôle de parrain de Caleb avec sérieux. « Je confirme également » soupira-t-il alors qu’elle allait ouvrir. Le métis resta un peu à l’écart, laissant tout loisir au fils et à la mère de se retrouver. La haute silhouette de Paris se détacha rapidement du lot et Bonaventure lui lança une œillade neutre. « Bonjour Paris » lâcha-t-il. « Hey Bona ! Alors comme ça, on s’est trouvé une nouvelle infirmière à domicile » le taquina-t-il. « On peut dire ça… » soupira Weasley avant de remarquer le petit bout d’Andrea. Il lui ressemblait tellement qu’il en fut saisie d’étonnement. « Bonjour, tu t’appelles Louis c’est bien ça ? Ta maman m’a parlé de toi. Je m’appelle Bonaventure, je suis un ami de ta maman et je suis vraiment content de te rencontrer » dit-il d’une voix douce et chaleureuse.

AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Sam 13 Oct - 21:28

Je sens mes joues rougir après ces quelques mots mais ne dis rien. Si j'ouvre la bouche, je risque de laisser mon coeur parler et ça n'est pas une très bonne idée. J'essaye tant bien que mal de me contenir, d'être raisonnable, de me laisser un peu aller - comme me l'a fait comprendre Paris - mais de ne pas trop le faire. J'ai beaucoup à perdre et dès que je pose mes yeux sur lui - ou pire encore, mes lèvres - c'est comme si mon âme se séparait en deux. Une partie est au paradis et l'autre me dit d'arrêter ce massacre tout de suite parce que si je finis à me battre pour la garde de Louis ou, pire, la perd, son coeur aussi sera brisé, une nouvelle fois. Et je le refuse. Je refuse de le faire souffrir une nouvelle fois. Il y a quelques années c'était déjà ma faute et je refusais tout bonnement de piétiner son coeur une nouvelle fois.

Après de longues minutes seule dans la cuisine, je suis contente qu'il soit à nouveau de retour. Ça me fait vraiment bizarre d'être ici, j'ai l'impression d'être un imposteur et pourtant, ce rôle, c'est mon plus beau rôle depuis des années - après celui d'être la mère d'un enfant merveilleux, bien entendu. Et quand Paris et Louis arrivent, je suis toute excitée de présenter Louis à Bonaventure mais aussi l'inverse. Bien entendu, le petit garçon ne sait pas qui est le métis pour moi mais je suis sûre qu'il sera amené à le voir de plus en plus souvent dans les jours, semaines et mois qui viennent alors forcément… Je m'accroupis pour attraper Louis qui me saute dans les bras et j'embrasse ses joues. " Ça va mon amour ? Maman est désolée de ne pas avoir pu te récupérer mais maintenant on ne va pas se quitter pendant deux jours ! " Parce que j'étais off pour les 48h à venir. J'allais donc profiter de mon petit bout de chou et quand j'entendais la voix - et la remarque - de Paris, je me redressais rapidement, le petit dans les bras. " Ouaw, j'ai rétrogradé sévère " Que je lance en regardant les deux hommes en fronçant les sourcils. Allaient-ils se lancer des crêpes à la tronche ? Non, quand même pas ! Et puis, rapidement, je me baissais au niveau de la chaise de Bonaventure que Louis agrippa rapidement de ses deux petites mains. " Oui, je suis Louis " Sa petite voix me réchauffait le coeur comme jamais. Voilà à quoi aurait du ressembler notre famille et alors que les larmes me montaient au visage, je laissais Louis tenter de grimper sur le fauteuil de Bonaventure pour lui faire un câlin. " Maman, aide moi " Que ma crevette lance. Et d'une main habile, je pousse ses petites fesses plus haut. " Tu as demandé à Bonaventure si ça ne le gênait pas au moins ? " Et, de son regard coquin, Louis s'exprima à sa façon " Z'ai faim mamaaaaan ! " Je mordis ma langue pour retenir les larmes de tristesse et de bonheur et embrassa le front de mon bambin. " Vas donc dans la cuisine avec Bonaventure, des crêpes t'attendent ! " Que je soufflais en congédiant légèrement les deux hommes. Louis parlait très bien pour son âge. Plus français qu'anglais mais il se ferait comprendre sans soucis. " Ça te gêne pas ? " Que je demande à Bonaventure avant que ces deux là filent vers la cuisine. Et seule face à Paris, je le prenais dans mes bras. " Merci d'avoir ramené la mini crotte… " Une larme coula le long de ma joue et s'écrasa sur le pull de mon meilleur ami. " J'ai pas envie de souffrir… Il m'a tellement manqué " Et je suis incapable de lui résister, comme prévu. C'est tellement étrange tout ça. C'est presque comme si nous avions repris notre histoire là où nous l'avions laissé. Enfin, d'un point de vue sentimental c'est le cas pour moi…  



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 245 messages qui m'ont rapporté : 878 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Mar 16 Oct - 15:30


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

   Le garçon d’Andrea lui ressemblait et il se surprit à imaginer l’enfant qu’ils auraient pu avoir ensemble si les choses n’avaient pas dégénéré entre eux. Auraient-ils été heureux ensemble ? Auraient-ils été cette famille unie qu’il cherchait tant à avoir ? Ses parents lui avaient toujours montré que l’amour ne comptait pas les années, que malgré les coups durs, on pouvait toujours s’en remettre et garder sa main dans celle de la personne aimée. Il voulait connaître cela également. Bonaventure se désespérait de trouver l’amour tout en sachant pertinemment qu’il l’avait déjà trouvé auprès d’Andrea. Elle était la seule et l’unique femme qu’il aimait et cela malgré les années et leur rupture. Il n’arrivait pas à se l’ôter de la tête et toutes les femmes qu’il avait essayé de fréquenter souffraient de cette comparaison. Bonaventure fut sorti de ses pensées quand Andrea installa le petit Louis sur ces genoux. « Comment pourrais-je être gêné ? J’ai un champion sur les genoux » dit-il en essayant de calmer les battements de son cœur. « Et c’est parti, directement la cuisine en batmobile » reprit-il en tournant le fauteuil pour mieux le faire rouler vers la cuisine, laissant Andrea et Paris dans le salon.

Paris lui, observait la scène avec nonchalance, les mains dans les poches de son jean. Son petit sourire était moqueur mais bienveillant envers sa meilleure amie. Une amie qu’il serra rapidement dans ses bras. « Pas besoin de me remercier, c’est mon filleul, j’adore passer du temps avec lui mais il a posé pas mal de question en route. Il est aussi curieux que Caleb » rigola-t-il avant de déposer un baiser sur le front d’Andrea. « Hey, rien ne dit que tu vas souffrir Andy ! Accorde-toi du temps, vas-y doucement avec lui. Vous venez à peine de vous retrouver. Je ne pense pas qu’il te demande en mariage dans une heure » tenta-t-il de dédramatiser leurs retrouvailles. Il comprenait cette peur tout comme il comprenait qu’elle ne pouvait pas résister. Il avait connu cela avec Summer et il bénissait le destin de l’avoir à nouveau placé sur le chemin du bonheur. « Déjà, on peut enlever un souci : ils ont l’air de bien s’entendre ces deux-là » reprit-il alors qu’ils pouvaient entendre tous les deux, le rire des deux gamins dans la cuisine. Paris savait que Bonaventure rêvait d’être père et qu’il aimait suffisamment Andrea pour accepter l’enfant d’un autre homme. Le métis était ainsi fait, il possédait une grande générosité et un amour inconditionnel à donner. Néanmoins, le pompier craignait que son fauteuil roulant se mette en travers de leur bonheur. Il savait combien Bonaventure se mésestimait depuis des années à cause de ce dernier. « Allez tout va bien se passer »

AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Mer 17 Oct - 21:37

J'étais un peu embêtée de la réaction hâtive et follassonne de Louis mais je connaissais assez mon fils pour savoir que ça voulait aussi dire qu'il acceptait Bonaventure. Et comment ne pas l'accepter ? C'est si étrange et si doux à la fois. Ces sourires qui se répondent, ces coups d'oeils qui se croisent et le rire cristallin de Louis qui se croit à la fête. Attendez, tour en batmobile ET crêpe au petit matin ?! Il allait me demander de le laisser à la crèche tous les matins si c'était face à ça qu'il rentrait à la maison. Louis était malin et s'adaptait tellement vite. Il aime avec son grand coeur et je suis plus qu'heureuse d'avoir au moins réussi ça de son éducation. Et c'était énorme. Parce qu'à l'heure actuelle, si on a pas le coeur ouvert, on est foutu d'avance. Dans les bras de Paris, je soupire doucement. " Non… C'est sur… Mais je n'ai toujours pas de nouvelles de Maxime, ça m'inquiète… " Et je savais que ces quelques baisers échangés m'avaient fait signer un contrat avec Bonaventure. Mais un contrat que je voulais ! Sans hésitation aucune ! Seulement, ça pouvait couter cher. Putain ! Y a trop à réfléchir et pas assez pour profiter. Cette situation me fatiguait au plus haut point. Mais je devais faire avec. " En même temps… Louis est un amour comme sa mère et Bonaventure… " Un amour aussi. Mon amour en fait. Mais je me gardais bien de faire cette réflexion. Paris allait lever les yeux au ciel et se décoller la rétine avec tellement d'amour dégoulinant. " J'espère que tu as raison… " Parce que c'était tout ce qu'il me manquait pour que je sois heureuse, définitivement heureuse. " Je t'appelle ce soir ? " Que je demande alors que la voix de Louis se fait entendre dans tout l'appartement. Enfin non pas sa voix mais bel et bien son cri strident. " Mamaaaaaaaan, viens manzerrrrr " J'embrasse la joue de Paris et le laisse fermer la porte puisque je file vers la cuisine avec un large sourire. " Ils ne te nourrissent pas à la crèche ou quoi ? " Que je demande en attrapant Louis par le ventre avant de le soulever et de lui faire une avalanche de bisous. " Tu peux aller chercher ton sac que parrain à laisser dans l'entrée mon coeur ? " Histoire de pouvoir continuer ma mission crêpe et de laisser quelques secondes à Bonaventure pour respirer. Pas trop longtemps non plus parce que ma mini tornade se dépêche d'aller chercher ce que je lui demande. " Il t'a déjà adopté. Il est comme sa maman, il sait tout de suite à qui il peut faire confiance " Et je lance un clin d'oeil à Bonaventure quand je dis ces quelques mots. Après tout, on s'est rencontré sur internet et c'est plutôt craignos pour les femmes normalement. Mais je me suis sentie en confiance et en sécurité avec lui et… Je ne me suis pas trompée. Le petit revient avec ses affaires et je m'accroupis pour chercher le cahier de correspondance. " Laisse Bonaventure tranquille s'il te plait, mets-toi sur une chaise " Que je souffle en voyant les pieds de Louis se diriger vers Bonaventure. Les pieds se tournent vers moi et je sais ce qu'il fait. Il boude. Pour que je craque. Mais je ne relève pas la tête et lis le carnet. Il s'est réveillé de nombreuses fois pendant la nuit, criant en français des mots que les nurses ne savent pas retranscrire. " Sur une chaise Louis ou je me fâche " Et c'est avec une petite moue qu'il s'exécute. Il est très débrouillard pour son âge et je le sais. Alors j'en profite un peu. Je jongle entre crêpes et conversation avec Bonaventure… Louis la tête plongée dans sa crêpe au sucre. " S'il t'embête, aujourd'hui ou un autre jour, tu lui dis hein " Que je souffle à mon ex petit ami. Un autre jour. Parce que je compte le revoir. Et j'espère qu'il voudra nous revoir aussi …



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  

Revenir en haut Aller en bas
 
OK Google ! T'es viré
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Streets of New Orleans :: Welcome to the New Orleans :: Uptown & Audubon :: Les habitations-