RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
OK Google ! T'es viré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 250 messages qui m'ont rapporté : 918 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Sam 20 Oct - 22:06


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

   Paris prenait les choses avec simplicité mais il s’inquiétait beaucoup pour sa meilleure amie mais également, un peu pour Bonaventure. Le métis avait connu des hauts et des bas ces dernières années. Il avait tenté de se réaliser mais c’était plus souvent cassé la gueule qu’autre chose que ce soit auprès des femmes ou pour sa propre santé. Il espérait donc que les choses s’arrangeraient pour eux d’eux. « Tu sais ce qu’on dit : pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Peut-être que tu devrais prendre les devants et non attendre d’être croquée. Tu vas finir par t’en rendre malade à force de t’inquiéter » lui conseillait-il avant que des rires ne proviennent de la cuisine. Paris n’avait aucune inquiétude concernant la peut-être future relation entre Louis et Bonaventure. Son filleul serait entre de bonnes mains si jamais le destin voulait que le deuxième lui serve de beau-père. « ça marche ma belle ! Allez, profites du temps présent sans trop te poser de question. Tu l’as bien mérité » dit-il en déposant un baiser sur sa joue pour mieux la quitter. Maconahey se mit à prier distraitement pour qu’Andrea puisse enfin connaître le réel bonheur. Elle le méritait !

***

Dans la cuisine, l’ambiance était bien plus légère. Bonaventure dévorait du regard ce petit bout qui lui rappelait tellement Andrea. Elle avait fait du très bon boulot. Ce gamin était curieux mais un véritable ange. Il devait faire la fierté de ses parents et à nouveau il se posa la question : est-ce qu’il était en droit de se mettre en travers de cette famille ? Et si le père décidait de revenir ? Andrea choisirait-elle cet homme à lui ? Il ne pourrait lui en vouloir dans le sens qu’il y avait cet enfant au milieu. Puis, les baisers qu’ils venaient d’échanger signifiaient-ils autant à ses yeux qu’aux siens ? Il était perturbé mais à la fois heureux car cet enfant, dans cette cuisine, était la simple vision du bonheur qu’il chérissait. Son envie d’être père se fit d’autant plus douloureuse lorsque la femme de sa vie pénétra à son tour dans la pièce. « Tu as fait du bon boulot ! Il est absolument génial » dit-il avec sincérité. Si le petit l’avait adopté, le contraire était tout aussi vrai ! Le métis se retint de faire la même bouderie que Louis car il n’avait rien contre le fait de l’avoir sur les genoux mais il ne voulait pas sapper l’autorité d’Andrea. « Une prochaine fois bonhomme ! » souffle-t-il en le poussant gentiment vers la chaise avec un petit sourire complice qui s’attendrit quand il s’adressa cette fois-ci à la mère. « Il ne m’embêtait pas. J’ai toujours adoré les enfants et j’ai l’habitude avec Hope. Ma sœur veut carrément le même fauteuil que moi à chaque fois que je viens ou qu’elle vient passer des vacances ici » lui dit-il non sans amusement. Bonaventure avait tout de même noté qu’elle songeait à une prochaine fois. Il n’était pas contre, loin de là. « Il a la même façon que toi de faire la moue ou de sourire et la même faculté de me faire craquer » plaisante-t-il.


AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Dim 21 Oct - 20:29

Il n'avait pas tord. J'allais finir par m'en rendre malade et heureusement que j'avais de longs moments de journée d'occupés sinon j'aurais déjà un ulcère, c'est clair et net ! Mais c'est tellement sensible, tellement délicat… Il fallait que j'attaque avant d'être attaquée. Tenter de se défendre en attendant la secousse n'était pas la solution, loin de là même. Il fallait que j'arrête de me mettre en position latérale de sécurité, surtout si je revoyais Bonaventure régulièrement, en tant qu'ami ou plus. Enfin, il fallait que je rejoigne Bonaventure et Louis avant que ce dernier ne démonte la cuisine. Je laissais Paris à la porte et filais vers les deux hommes de ma vie. Oops. Voilà, je m'y voyais déjà. Et les voir heureux, souriant et rieurs ensemble, ça me faisait autant de bien que de mal. Louis l'avait déjà adopté - et ça semblait réciproque - et je m'en voulais. Tout ça aurait pu être notre quotidien si… Et je me remémorais les mots énoncés à Paris l'autre fois. Avec des si, on referait le monde. Il fallait que je vide ma tête, que j'arrête d'analyser et que je vive le moment présent. Et c'était ce que j'essayais de faire. Vraiment. Le sourire de Bonaventure m'emplissait de joie et je ne manquais pas de sourire à sa remarque. " Merci… C'est pas facile tous les jours mais c'est un bon petit gosse " Que je soufflais alors que le minimoys revenait avec son sac de crèche. Il y avait tout dedans et je checkais ses heures de sommeil, son dîner du soir et toutes ces choses qui touchaient à son bien être. Il fallait que je sois irréprochable. Et même si je n'aimais pas ronchonner avec lui, il fallait qu'il comprenne qu'il y avait un moment pour tout. Depuis notre arrivée, j'étais beaucoup plus souple sur les règles et il avait donc un peu de mal à se remettre dans le bain. Mais on mange assis sur une chaise et comme un grand. Il filait la tête basse et quand j'entendis Bonaventure dire qu'il ne l'embêtait pas, je fronce les sourcils. " T'es sensé aller dans mon sens toi " Que je souffle sur le ton de la rigolade. " Je sens que ça va être un cadeau qui sera demandé au père noël ça " Que je souffle en regardant Louis manger sa crêpe. Ce gosse, quand il a de la nourriture dans les mains, plus rien n'existe au monde. Je souris en le regardant et c'est la voix de Bonaventure qui me fait tourner la tête vers ce dernier. " Tu vas voir quand ça va être l'heure d'aller au lit d'ici une petite heure et qu'il ne voudra pas, tu vas vite changer d'avis " Parce qu'avec le peu d'heures qu'il avait dormi cette nuit, c'était clair et net qu'il finirait par faire une sieste avant midi. " Enfin tu veux peut-être te retrouver tranquille au lit, je comprendrais… " Il sort d'une garde de nuit. On en sortait tous les deux. Mais j'avais de l'énergie encore. Pas trop le choix avec Louis. " On pourrait commander pizza pour midi, si jamais… " Que je proposais alors que la tête de Louis se levait de sa crêpe. " Tu as soif mon coeur ? " Et d'un coup de tête, il m'annonçait que oui. Alors je m'attelais à ma nouvelle tâche : trouver un verre. C'est pas chez moi et ça se voit, je suis carrément paumée. Je me retrouve à ouvrir les placards les uns après les autres. Qu'est-ce que je déteste ça : fouiller ! Mais Bonaventure ne semblait pas très enclin à m'aider... Pas bien, punition !



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 250 messages qui m'ont rapporté : 918 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Dim 21 Oct - 21:58


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

   Cette matinée était plutôt spéciale et plus les minutes s’écoulaient et plus Bonaventure oubliait la douleur dans son dos, son fauteuil roulant et autres ennuis. Il se sentait comme à sa place auprès d’Andrea et de son fils. Cette sensation était grisante même s’il essayait par-dessus tout à réfréner cette rêverie. Il ne pouvait pas s’imaginer en beau-père de Louis tout comme en époux d’Andrea. Il venait à peine de la retrouver, inutile de mettre la charrue avant les bœufs, cela ne ferait qu’engendrer de la souffrance. Le métis avait trop de problèmes pour être un bon compagnon tout comme Andrea avait ses propres problèmes à résoudre de son côté. Il ne pouvait s’empêcher de trouver cela ironique. On lui agitait un bonheur qu’il n’était pas certain de mériter et pourtant, dieu seul savait combien il en mourrait d’envie. « Mais je suis de ton côté Andy ! Je te le promets mais je peux pas en vouloir à ton fils d’adorer la batmobile » s’exclame-t-il avec un sourire amusé. Il était fan de Batman après tout, il devait faire honneur à son héros fétiche. « La dernière fois que je l’ai vu, elle avait mis sa poupée dans sa chaise haute et elle l’a poussé dans tout le salon. Cela faisait un bruit énorme » répondit-il peu après au sujet de sa sœur. Hope lui manquait tellement. « La seule à ne pas être gênée par le bruit, c’est ma grand-mère, elle a perdu un peu de son audition en quatre ans » ajoutait-il en faisant référence à cette fameuse grand-mère qui avait adoré Andrea. Comment lui en avait-elle voulu quand il lui avait annoncé leur séparation. Pour la première fois, Bonaventure s’était pris des coups de canne. « Si tu veux, tu peux le coucher dans la chambre de Hope. Je lui en ai préparé une spécialement pour elle histoire qu’elle ne dorme pas dans un lit parapluie quand je l’ai en garde. J’ai même le babyphone » précisa-t-il.

Bonaventure ne voulait admettre que cette chambre, il l’avait avant tout achetée dans l’éventualité d’avoir un enfant même si elle servait principalement à Hope. « C’est parfait comme idée » admit-il avec un tendre sourire qui se transforma en léger rire quand il la vit galérer à trouver les verres. « Placard de droite Andy, placard de droite » lui vint il en aide, la prenant par pitié après quelques instants. « Je peux faire quelque chose pour t’aider ? Préparer la chambre ? Lui trouver un livre pour l’histoire ? Enfin je sais pas quels sont tes rituels pour l’endormir.. Il me semble que j’ai une histoire autour du jeu de l’oie…. Quoique non pas ce jeu hum » se racla-t-il la gorge alors qu’un certain souvenir lui remontait à l’esprit. Définitivement, il valait mieux éviter ce livre.

AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Lun 29 Oct - 14:21

J'avais suivi mon coeur de médecin à l'époque en partant pour Paris. Bonaventure m'avait quitté et je n'avais plus rien ni personne me retenant à Boston… Ma mère décédée, mes meilleurs amis aux quatre coins du globe et le seul qui aurait pu me faire changer d'avis avait bien compris que ce stage, cette échappatoire c'était ma chance de refaire ma vie ailleurs. Un nouveau livre. Le tome 3 de la Saga Cermolacce. Et il y avait toujours plus de drames et d'actions. Oh non, je n'y allais pas de mains mortes et aujourd'hui, il semblait que j'ai enfin trouvé une osmose tant recherchée. La Nouvelle-Orléans, mon aubaine, mon petit coin de paix et de paradis. Et pour toujours, je l'espérais, surtout avec Paris à mes côtés. Et Bonaventure, bien entendu. Cette petite scène ressemblait à tous les dimanches dont j'avais rêvé. Je l'écoute partager son souvenir avec Hope et ça ne peut que m'arracher un sourire. " Il faut lui acheter un petit caddy pour Noël ou son anniversaire. Louis adorait jouer avec ça à Paris. Il y mettait ses nounours dedans et voulait absolument aller les promener en ville, c'était à mourir de rire " Et ce souvenir m'arracha un léger rire ainsi qu'un pincement au coeur. Je n'avais racheté que quelques jouets en arrivant ici. Il en avait reçu de certains de mes collègues mais c'était différent. " J'imagine bien la scène avec ta grand-mère absolument pas gênée par le bruit. Après tout, c'est sa petite fille et c'est toujours comme ça, on laisse tout faire à ses petits enfants " Que je soufflais doucement. Ma mère n'avait jamais pu rencontrer Louis et je n'avais pas de père. Mais les parents de Maxime laissaient toujours Louis faire ce qu'ils voulaient. Cela faisait longtemps que je ne les avais pas appelé pour leur donner des nouvelles de mon petit garçon. C'était toujours délicat. Mais sa mère me soutenait, rageant contre son fils pour ne pas se bouger et me récupérer. Nous avions échangé de nombreux messages et appels depuis mon arrivée, plus qu'avec son fils. C'est… étrange. Et Bonaventure me fait revenir sur terre en me disant que je pouvais coucher Louis dans la chambre d'Hope. " Mais t'as tout prévu. Elle doit être trop contente de venir ! J'espère qu'ils pourront jouer ensemble la prochaine fois qu'elle viendra " Que je soufflais doucement. Ca aurait du être notre quotidien et c'était horrible de ma part de vouloir imposer ça au jeune Weasley mais on en avait déjà parlé et l'idée semblait vraiment lui plaire. Ça nous permettrait aussi de passer un peu de temps ensemble. Je n'avais pas envie de partir et je trouvais toutes les occasions pour faire durer un peu ce moment. Avec Louis, c'était différent, pas trop moyen de discuter, de voir comment il allait réellement, ce qu'il avait fait toutes ces années. J'avais eu des bribes mais je voulais toujours plus, je voulais toujours en savoir plus. J'étais comme ça. Curieuse et un peu jalouse aussi. Je l'entendais me guider pour les verres et je fis un large sourire pour faire rire Louis quand j'eus enfin un verre entre les mains. " Tu veux boire quelque chose ? " Demandais-je à Bonaventure me sortant un verre aussi pour moi. Je me posais enfin pour manger une crêpe et failli m'étouffer avec le sucre sur ma crêpe quand il parla de jeu de l'oie. Louis sauta de sa chaise et courra dans mes jambes, chouinant un peu " Mamaaaaaan " Il s'agrippant à mes jambes alors que je buvais doucement pour faire passer la toux. J'échangeais un léger regard avec Bonaventure, riant doucement alors que Louis se mettait à pleurer, paniqué qu'il me soit arriver quelque chose. Je l'attrape et le prends dans mes bras " Tout va bien mon coeur. Maman a mangé de travers. C'est pour ça que je veux toujours que tu manges assis et sagement " Que je soufflais en embrassant son front alors que son emprise se resserrait autour de moi. Je glissais ma main dans les cheveux de mon garçonnet et je souriais à Bonaventure. " Normalement, on regarde une vidéo de comptines en anglais pour qu'il s'habitue encore mieux à la langue. Puis en français, pour qu'il n'oublie rien de sa langue natale… Je sais, des vidéos avant d'aller dormir, c'est pas l'idée du siècle mais ça le calme… " Surtout quand il est dans mes bras. Mais là, il semble vraiment fatigué et je sens qu'il ne durera pas longtemps. " Mais je crois que là, on va directement aller se mettre au lit parce que Monsieur Louis sait que lorsqu'il chigne et saute dans les bras de maman c'est qu'il est… " Et j'attends la réponse de mon fils qui ne met pas longtemps à arriver. " Fahigué " Je souris légèrement et m'assis sur une chaise pour finir mon petit-déjeuner d'une main. " Il a un peu de mal à s'endormir tout seul dans son lit en journée, ça te dérange si on va s'allonger dans ton lit le temps de lui lire une histoire ? " Que je demande à mon ex petit-ami en mordant dans ma crêpe, entendant le souffle de Louis se calmer et ralentir doucement. " Tu veux que ce soit maman ou Bonaventure qui te lise une histoire mon coeur ? " Et la réponse était sans appel : Bonaventure. Mais avec maman dans le lit aussi. Je souris à Bonaventure et haussa doucement les épaules. Il l'a déjà adopté et pour de bon. " N'importe quel livre, même un article de journal fera l'affaire " Soufflais-je doucement. Il doit avoir cette terrible habitude du temps où il était encore dans mon ventre. Je lisais toujours mes articles de recherches à voix haute, pour me maintenir éveillée alors les mots compliqués et les phrases qui ne veulent rien dire, même pas peur ! Et alors qu'un peu de sucre tombait sur l'épaule de Louis, je soupirais doucement. " Allez mon grand, retourne à ta place pour finir ta crêpe et ton verre d'eau " Mais il secouait la tête de droite à gauche, en guise de refus. " Et si tu restes à côté de maman sur les genoux de Bonaventure ? " Et là, il se redressait et acquiesçait à ces termes. Non mais je vous jure, quel petit trou du cul ! " Demande à Bonaventure alors " Que je souffle à mon fils qui descend de mes bras et genoux en se tortillant comme un serpent. Son grand sourire de sortie, il regarde le maitre de la maison et lui demande " Peux manzer là ? " et la main de Louis se posait sur les jambes de Bonaventure. Le petit garçon attendait une réponse mais je savais déjà comment allait réagir mon ex. " Et quand tu as fini, tu suis Bonaventure jusque dans sa chambre pour que tu te mettes en pyjama pendant que je range le cirque ici, compris ? " Je savais que je pouvais faire confiance à Bonaventure pour gérer cette étape. S'il gardait Hope, il savait tout gérer du matin au soir. Sa petite soeur était habituée et savait qu'elle devait l'aider à sa manière. Louis ne comprendrait pas mais avec un peu d'indications, aucun doute qu'ils gèreraient tous les deux.



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 250 messages qui m'ont rapporté : 918 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Jeu 1 Nov - 17:38


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

    « C’est une bonne idée » convint Bonaventure avec un sourire. Andrea venait de lui offrir sur un plateau d’argent, le parfait cadeau de Noël pour sa petite sœur. Il avait encore largement le temps pour y songer mais c’était une idée à retenir. « Tu devais faire fureur dans les rues de Paris » dit-il avec tendresse. Il s’imaginait sans mal le duo mère/fils dans les rues de la capitale de la France.  Dans un sens, il était nostalgique car peut-être aurait-il pu vivre ce miracle s’il n’avait pas écouté sa peur à l’époque de leur relation. Aujourd’hui, Andrea était une femme et une mère épanouie. Elle lui semblait heureuse et il en était heureux à son tour. Malgré leur dispute, Bonaventure n’avait jamais été empli par la colère ou l’amertume. Il avait toujours souhaité à son ex-petite-amie de trouver le bonheur. Elle le méritait. « Oui, Hope est pourrie gâtée mais elle est adorable. La seule qui ne se fait pas avoir, c’est ma mère. Mon père et moi, on est complètement sous le charme. Elle est vraiment mignonne » avouait-il sans honte d’être un grand frère gaga. Après tout, ce n’était pas son rôle d’être la figure autoritaire. Bonaventure aurait tout loisir de l’incarner le jour où il deviendrait père.

Le médecin légiste lui proposa alors de coucher le petit Louis dans la chambre qu’occupait sa sœur quand elle venait à la Nouvelle-Orléans. « J’aimerai beaucoup » se contentait-il de répondre avec son éternel sourire. Bonaventure n’était pas prêt à lui avouer que cette chambre, il espérait un jour, qu’elle serait pour son fils ou sa fille. Son désir d’être père le hantait mais était également une grande motivation dans sa rééducation. Aujourd’hui, il s’en félicitait car il allait pouvoir prolonger cet instant avec Andrea. Il avait tellement envie de pouvoir la prendre à nouveau dans ses bras, pour l’embrasser. Par Allah, il était amoureux d’elle comme au premier jour. « Non ça va aller » déclina-t-il l’offre en continuant de manger son sandwich et qu’il lâchait une bombe sans le vouloir. Le métis grimaça en la voyant manquer de s’étouffer. Ce n’était pas volontaire, il s’était rappelé de cette histoire de jeu de l’oie très spécial qu’au dernier moment mais visiblement Andrea non plus, ne l’avait pas oublié. « Il réagit toujours ainsi ? » s’étonnait-il tout de même de la réaction de son fils qui s’était mis  à pleurer.  

Bonaventure fut un peu perturbé par l’image d’une Andrea et d’un Louis dans son lit mais il finit par hocher la tête. Il se demandait s’il était vraiment sorti de cette salle de bain et s’il n’était pas en train de rêver de ce moment. «On va faire ça. Je dois avoir un comic sur ma table de nuit ou sous mon lit » dit-il avant de faire grimper le petit Louis sur ses genoux. « Tu n’es pas obligée de tout ranger. J’ai une femme de ménage qui passe dans la journée pour m’aider à entretenir la maison » lui apprit-il. Louis termina sa crêpe et très vite, le duo s’embarqua à nouveau dans la batmobile non sans avoir récupérer le sac avec les affaires de rechange de son fils. Bonaventure l’installa sur le lit avant de l’aider à mettre un pyjama histoire que l’enfant soit bien plus à l’aise. « Tu sais quoi ? Si tu aimes batman, je t’offrirai un pyjama batman » lui promit-il avec un clin d’œil. Puis, il ouvrit sa couette pour permettre à l’enfant de s’y glisser. « Andy, on attend plus que toi  pour la lecture » s’écria-t-il pour appeler la maman. Il la laisserait s’allonger aux côtés de son fils tandis que lui, se tenait encore dans son fauteuil roulant, à coté du lit.


AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Jeu 1 Nov - 18:27

Je ris légèrement à sa réflexion. " On avait trop la classe. Et moi j'avais pas besoin de porter les baguettes, les croissants et les médicaments " Que je soufflais doucement, rougissant à l'idée d'avoir exploité mon fiston pour mes petites courses du matin quand nous en avions besoin. C'était complètement idiot parce que lui adorait ça et ça l'aidait beaucoup à prendre confiance pour marcher et pousser des objets. Il avait passé de nombreuses heures avec son caddie en plastique et je me souvenais encore le jour où une roue s'était détachée et s'était retrouvée sur la chaussée. Mon dieu, pire chose qui pouvait arriver à mon petit monstre. Il avait pleuré et crié, encore plus quand une voiture avait roulé sur le bout de plastique, l'éclatant et rendant la réparation de son jouet impossible. C'était à mourir de rire mais pas pour lui, bien entendu. " Le pouvoir d'une femme sur les hommes, je vous jure " Que je lançais, un peu moqueuse mais comprenant totalement ce qu'il vivait avec sa petite soeur. C'était son petit trésor et je n'avais aucun doute qu'il allait tout faire pour qu'elle soit heureuse et ne traverse pas les problèmes qu'il avait traversé au cours de sa jeunesse. Elle allait surement crier plus d'une fois qu'il l'étouffait mais elle le remercierait, à la fin. C'est toujours comme ça. J'avais réagi de la sorte avec Dante et Baptiste à Boston et pourtant ces deux là m'avaient sauvé de bien des situations compromettantes. Je ne pourrais jamais les remercier à la valeur de leurs actions et c'était ainsi. Et alors que Louis venait dans mes bras, j'acquiesçais doucement en direction de Bonaventure. Je caressais la chevelure blonde de mon fils et soufflais à vois basse quelques explications à Bonaventure. " Je suis tombée malade l'hiver dernier, j'ai choppé une pneumonie et du coup je toussais beaucoup, Maxime a du appeler les pompiers une nuit et je pense qu'il s'en souvient un peu trop bien … " Je ne tombais que très rarement malade, faisant toujours tout mon possible pour avoir les vaccins en temps et en heure mais la pneumonie m'avait pris de plein fouet. Ça avait été deux semaines super longues, deux semaines à tousser, à me sentir mal et à vomir la plus part de mes repas à cause de la toux. Un truc vraiment moche où j'avais chaque jour eu peur que mes poumons décident qu'ils en avaient fait assez pour moi. Après tout, ce genre de maladie était encore plus dangereuse pour moi et ma transplantation que pour n'importe quel individu. Je m'en étais sortie avec beaucoup de repos, de médicaments et d'amour mais il semblerait que ce douloureux moment soit resté ancré dans la tête de mon fils âgé d'un an à l'époque. Un enfant, c'est comme une caméra, il enregistre tout et c'est flippant quand j'y pense. Enfin, petite moue triste, je dus lui proposer de squatter les jambes de Bonaventure pour qu'il descende des miens. Ça ne semblait pas gêner Bonaventure alors - j'avoue - j'en profite un peu. Être épaulée, aidée, même dans ces bons moments, est un luxe auquel j'avais renoncé en quittant Maxime. Triste réalité. Ou peut-être pas. " Non mais je vais ranger le minimum quand même… Elle va croire que tu t'es fait attaquer par une famille d'ours " Soufflais-je en soupirant doucement, gênée du bordel que j'avais mis partout. En même temps, j'avais préparé des crêpes et n'avais pas eu le temps de ranger pour le moment. De la farine, du sucre, tout était encore dehors. " Ça va aller vite " Que je soufflais alors que tout le monde finissait son petit-déjeuner et quand les deux garçons filaient, je rangeais le plan de travail rapidement. Il ne faut pas trop longtemps à Louis pour changer de tenue et je n'avais pas envie que Bonaventure pense que je profitais de lui pour s'occuper de mon fils. " J'arrive, j'arrive " Que je soufflais doucement en ôtant mes chaussures près de la porte. Bonaventure était dans son fauteuil, Louis au milieu du lit sous les draps, à regarder le comic que Bonaventure tenait dans les mains. Je glissais sous les draps, prenant mon fiston dans les bras, embrassant ses cheveux une nouvelle fois. Heureusement que je ne portais que des rouges à lèvres de type 'encre' sinon Louis aurait des traces à longueurs de journée. " Tu veux pas venir dans le lit Bona ? Tu dois être fatigué aussi et dès qu'il dort, j'irais me poser dans le salon si tu veux dormir " Que je soufflais doucement, tendant ma main pour toucher la sienne et l'inviter à nous rejoindre. Je savais que je jouais avec le feu mais quand on lit une histoire, on s'allonge, c'est plus facile pour s'endormir. C'est si étrange comme relation et pourtant, j'avais vraiment l'impression d'être à ma place… Putain…



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 250 messages qui m'ont rapporté : 918 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Lun 5 Nov - 18:15


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

    « Tu t’en es remise ? » lui demandait-il inquiet au sujet de cette fameuse pneumonie. Bonaventure connaissait les antécédents médicaux d’Andrea et c’était pour cette raison qu’il la fixa avec ce mélange de tendresse et d’inquiétude. Le métis pensa qu’ils n’avaient pas perdu leur faculté pour passer d’un sujet léger à un sujet un peu plus sérieux. Il faut dire que quelques minutes plus tôt, il l’imaginait en train de marcher joyeusement dans les rues de Paris, son fils poussant un caddie. Cette image lui avait arraché un sourire à la fois amusé et conquis. Il aimait déjà Andrea par le passé mais la mère qu’elle était devenue l’attirait bien davantage. Elle avait acquis une certaine sérénité qu’il ne lui avait pas connu et il aimait la femme qu’elle était à présent. Finalement, en quatre années, ils avaient changé tous les deux. Malgré qu’il n’ait pas perdu sa manie de se cacher derrière ses sourires, Bonaventure avait appris à se pardonner la mort de son meilleur ami. A présent, Jarod était un souvenir apaisé et non plus une source de culpabilité. Il avait grandi face à l’adversité et s’il devait retenir une chose de cette opération ratée, c’est qu’elle l’avait poussé à revoir bien des choses. Aujourd’hui, il ne rendait plus malade de cet accident de voiture qui avait causé la mort de son meilleur ami, il avait fait la paix avec cette partie de sa vie. Tout n’était pas encore rose, il manquait encore de confiance en lui mais il était plus léger qu’avant. Ce poids ne pesait plus sur ses épaules et Bonaventure vivait maintenant tourné vers le futur et non vers le passé.

« D’accord, je n’insiste pas car je sais qu’avec toi, c’est peine perdu… Cela m’avait manqué » admit-il en lui faisant un clin d’œil pour mieux conduire son fils vers sa chambre quelques minutes après, une fois le petit déjeuner englouti. La mise en pyjama ne dura pas très longtemps, Bonaventure était habitué que ce soit avec les enfants de Summer ou bien même avec sa propre sœur. Le métis appela très rapidement Andrea tandis qu’il installait Louis dans son propre lit, le temps de lire l’histoire. Le petit garçon semblait prendre rapidement ses marques et Bonaventure ne put s’empêcher de le dévorer du regard. Il ressemblait tellement à Andrea. Cette dernière vint les retrouver et se glissa sous les draps. Cette image était bouleversante et le métis du se faire violence pour se rappeler qu’ils ne formaient pas cette famille dont il rêvait chaque jour. Il caressa délicatement cette main qui se posa sur la sienne avant d’hocher la tête. « Tu n’es pas obligée d’aller dans le salon, tu dois être fatiguée aussi et ce lit est assez grand pour nous trois » dit-il en se glissant dans le lit, de l’autre côté de Louis. Ainsi, il était entouré des deux adultes. « Bon et si on lisait l’histoire ?! » s’exclama-t-il après s’être raclé la gorge. Bonaventure mit beaucoup d’entrain pour rendre l’histoire la plus captivante possible, jonglant avec les mots pour éviter d’énoncer les menaces de morts et autres propos tendancieux présent dans le comique. Il préférait de loin éviter de donner des cauchemars au petit garçon. De toute manière, au bout de la troisième page, Louis s’était endormi, blottie contre sa mère. « Tu avais raison, il n’a pas fait long feu. Tu veux le coucher dans la chambre d’hope ou on le laissa là ? »

AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Jeu 8 Nov - 18:43

" Je suis en face de toi donc.. oui. Ça a été quelques semaines bien difficiles mais tout va bien maintenant " Et maintenant, dès que les premiers rhumes arrivent, je me colle un masque médical sur le visage à longueur de journée. Ça ne plait pas toujours, les gens pensant que j'inquiète pour pas grand chose mais je ne veux plus retomber malade de la sorte. Les poumons qui brûlent, la toux qui déchirent chaque cellule de mon corps, ça ira. En tout cas, le regard de bienveillance de Bonaventure déchire mon coeur. Je l'aime. Je l'aime toujours autant et je me demande comment j'ai pu passer tant de temps avec Maxime. Ce n'était qu'une mascarade, qu'un rebond de folie. Et encore, j'ai si bien rebondi que je suis là, face à mon ex petit-ami. C'est à croire qu'il m'a lancé comme un boomerang et qu'il m'a fallu du temps mais je suis de retour. Un sourire se dessine sur mon visage à cette pensée. Nous sommes fait pour être l'un dans la vie de l'autre. Il n'y a pas à dire. Il me connait parfaitement, comme le montre chacune de ses réactions, et ça fait tellement de bien. J'ai envie de crier "je suis rentrée à la maison" mais ce n'est pas le cas. Ici, c'est la maison de Bonaventure et je refuse de la laisser en bordel. Louis doit comprendre qu'il faut ranger après avoir fait quelque chose. Il le fait à la maison et doit le faire chez les autres aussi.

Rapidement sous les draps, je souris à Bonaventure après avoir posé ma main sur son genou. Louis est bien au chaud dans mes bras sous le drap et il attend avec impatience que Bonaventure lui lise son histoire tant attendu. Il bouge de tous les côtés et souris grandement quand le médecin légiste vient nous rejoindre dans le lit. C'est étrange et pourtant si.. logique. Si beau. Si tout. Louis regarde les pages se tourner et je ne quitte pas Bonaventure du regard. Il n'y a que lorsque je sens quelque chose d'humide sur mon bras que je baisse le regard. La réflexion de Bona me fait sourire et je me redresse doucement, tournant ma mini crotte contre ma poitrine pour pouvoir le porter plus facilement. " Je vais aller le mettre dans le lit d'Hope… J'ai peur de m'endormir et de lui rouler dessus " Il est grand, il criera et je le sentirais sous moi mais c'était ma plus grande peur. Alors forcément, je ne pouvais pas le laisser là. " Je reviens rapidement " Que je souffle en sortant du lit sans grande difficulté, habituée de ces gestes. Je dépose ma petite tête blonde dans le lit et laisse la porte mi-ouverte pour l'entendre si jamais il se réveille. De toute façon, il m'appellera en bonne et due forme, aucun doute là dessus. Je retrouve rapidement Bonaventure et lui souris en passant la porte. " Ça te gêne si j'enlève ma prothèse ? " Il sait à quoi s'attendre et je ne suis pas pudique avec Bonaventure. Je ne l'ai jamais été et ne le serais surement jamais. Pas sur ce point du moins. Je me glisse sous les draps et le regarde, un léger sourire sur le visage. " Quand bébé dort, il faut en profiter pour dormir " Que je souffle, me rappelant encore des cours pré-accouchements. Je me rapproche doucement de Bonaventure jusqu'à ce que ma main touche la sienne. Je regarde le plafond alors que je glisse ma main dans la sienne. J'en ai envie. J'ai envie de plus que ça mais l'intimité n'est plus notre quotidien. " On change toutes tes habitudes, désolée… T'aurais surement préféré que ce soit Summer qui débarque, elle serait déjà repartie au moins " Que je ris doucement, tournant le visage pour le regarder, lui sourire, me retenir de l'embrasser. J'en ai tellement envie. Ça me brûle, le désir me tue. Mais je ne veux rien tenter. Pas par timidité, notre précédent baiser dans la salle de bain montrait bien que je n'avais pas à avoir peur d'être timide… Mais bien plus par peur de le blesser encore. Avec tout ce qu'il se passe dans ma vie, ce n'est pas raisonnable. Et je dois être raisonnable non ?



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


ADMIN - MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 31/05/2018 j'ai posté : 250 messages qui m'ont rapporté : 918 $ sous les traits de : Jesse *BG* Williams Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris Maconahey (Derek Theler), Tomas Winchester (Chris Hemsworth) & Leonidas Vasilis (Jason Momoa). D'ailleurs je dois mes images à : viedymin En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Ven 9 Nov - 22:14


   Bonaventure & Andrea

   OK Google ! T'es viré

   

   Bonaventure referma le livre qu’il tenait dans ses mains pour mieux le laisser tomber au sol. Andrea venait d’emmener son fils dans la chambre de Hope et il s’allongea un peu mieux dans son lit pour contempler le plafond. C’était hallucinant la manière dont il avait réussi à faire de ce moment étrange, quelque chose de banal. Il s’était toujours imaginé que retrouver Andrea allait être un moment gênant, un moment où il ne ferait que bafouiller tout en s’emmêlant les pinceaux. Ce n’était pas le cas, tout semblait au contraire, couler de source, comme si c’était dans l’ordre des choses. La présence de son fils rendait le tableau d’autant plus magnifique et à nouveau, son désir de paternité lui comprima le cœur. Bonaventure souhaitait ardemment fonder une famille à son tour. Il ressentait le besoin de se poser, d’arrêter de fuir depuis qu’il avait enfin réussi à faire le deuil de son meilleur ami. Oh, tous ses problèmes n’étaient pas réglés mais il suffisait qu’Andrea pose son regard sur lui pour qu’il se sente investi de pouvoirs extraordinaires. Avait-elle conscience de combien son amour était intact malgré les années et leur séparation ? Un amour qui n’avait de cesse de le tourmenter et de l’apaiser dans un même temps. Il accueillit son retour d’un sourire. « Non aucun souci, tu seras beaucoup mieux sans dans le lit » lui répondit-il. Il connaissait son corps pour l’avoir mainte et mainte fois caressé tout comme il n’avait aucun problème avec sa jambe blessée. Andrea était toujours Andrea à savoir la plus belle femme qu’il ait connu dans toute sa vie.

« Comment ça se passe pour Louis ? Je veux dire, il s’acclimate bien à sa nouvelle vie ? » lui demandait-il à la fois soucieux du bien être de cet enfant mais également craintif de la voir repartir en France. Le métis l’avait perdu une fois, il ne souhaitait pas la voir s’éloigner à nouveau. Cette sensation ne fit que s’amplifier quand leurs mains se touchèrent et quand elle glissa sa main dans la sienne, il entrelaça leurs doigts ensemble, la contemplant avec tendresse. « Et me passer de la plus belle femme dans mon lit ? J’adore Summer mais cela fait des années que je ne rêve plus qu’elle me rejoigne sous les draps » rigola-t-il. Andrea connaissait ses anciens sentiments pour sa meilleure amie car il s’était longuement confié à elle au travers de leurs conversations sur le net. Aujourd’hui, la blonde était avant tout comme une sœur à ses yeux. « Ne te préoccupe pas de mes habitudes de vieux célibataire. Je suis content que vous soyez là tous les deux.. vraiment » avouait-il en s’allongeant sur le côté. Délicatement, il porta sa main libre à son visage pour caresser sa tempe puis sa joue du bout des doigts. « Je n’ai jamais réussi à t’oublier Andrea malgré tout ce temps alors ce n’est pas aujourd’hui que je vais râler alors que j’ai la chance de t’avoir si près de moi. Je ne pensais pas qu’un tel miracle soit encore possible » murmura-t-il en s’approchant d’elle pour déposer ses lèvres au coin des siennes.

AVENGEDINCHAINS
   


Don't discard me
JUST 'CAUSE YOU THINK I MEAN YOU HARM
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES MARPLEPersonne ne doit être abandonné, oublié
avatar


MEMBRE DES MARPLE
Personne ne doit être abandonné, oublié


Depuis mon arrivée le : 04/05/2018 j'ai posté : 260 messages qui m'ont rapporté : 973 $ sous les traits de : Karlie Kloss D'ailleurs je dois mes images à : weaslove. En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  Sam 17 Nov - 20:57

Tout me semble si simple avec Bonaventure mais je sais bien que ce n'est pas le cas. Rien n'est simple dans ma vie. Il y a toujours des complications et je sais que Bonaventure est un énorme point noir dans ma 'volonté' de rester seule pour éviter à Maxime d'avoir de quoi me descendre face à un juge. Je le sais. Je fais une connerie mais une si belle connerie. Je retire ma prothèse et alors que je me glisse sous les draps, aux côtés de Bonaventure, j'ai l'impression d'être à ma place. Cela fait bien longtemps que je ne me suis pas sentie à ma place de la sorte. Dans les bons draps, bien entendu, l'homme parfait en vue mais aussi à une place dont j'ai toujours rêvée, au boulot cette fois-ci. Ma vie professionnelle est là où je l'ai toujours rêvé. Ma vie personnelle est sur de bonnes voies et ma vie amoureuse est… indescriptible. Si on met pause, cette vie est parfaite. Sauf que la vie est sur 'lecture' et tout le monde attend l'action qui va tout foutre en l'air. Bande de salops. La voix de Bonaventure me ramène sur terre, à la Nouvelle Orléans, dans ce quartier parce que j'étais partie bien loin. " Nickel. Il s'en sort bien à la crèche, il s'est fait plein de copains et copines… Je suis contente de lui avoir appris l'anglais et le français dès la naissance. Maxime voulait pas trop, de peur de le perdre mais j'ai accepté de ne pas lui apprendre l'arabe pour qu'il n'ait que deux langues à apprendre et il s'en sort bien. Bon, il parle en français au personnel de l'hôpital des fois et elles ne comprennent rien mais ça fait sa singularité " Et ça m'arrache un sourire. Il a du mal à comprendre qu'ici, personne ne parle français. Après tout, pourquoi lui parle deux langues et pas les autres ? C'est difficile mais c'est ainsi. Il s'y fait. J'essaye de lui parler essentiellement en anglais mais quand je vois qu'il cherche ses mots en français, je switch avec sa langue initiale. Enfin, ce sont mes petits soucis de maman et je me rends compte que j'en ai posé un tas sur les épaules de Bonaventure. Je ne devrais pas mais c'est plus fort que moi. Ma main est rapidement dans la sienne et je lui souris tendrement. La plus belle femme ? Carrément ? Il dit n'importe quoi mais je n'ai même pas la force de le contredire. Je ne veux qu'une chose : me glisser encore plus proche de lui, l'embrasser et finir par m'endormir, la tête sur son torse. " T'es sur ? Sinon je comprendrais et je filerais dès qu'il se réveillera " Que je souffle alors que je suis chacun de ses mouvements. Je me retiens de les imiter, de me glisser sur le côté comme il vient de le faire. Je sais que si je me retrouve face à face avec lui, je me pourrais pas me retenir. C'est déjà difficile, encore plus quand sa main touche ma joue. Je ferme les yeux et ses mots sont aussi doux et beaux que douloureux. Un miracle. Il n'a pas idée du bordel que je risque d'emmener dans sa vie si on continue sur cette pente. Ses lèvres aux coins des miennes, je déglutis difficile. Je suis incapable de ne pas bouger. Je tourne légèrement, rapprochant mon corps du sien, glissant ma main libre au niveau de sa nuque. Un doux baiser que je romps facilement. " Je peux pas t'embrasser encore et encore sans que tu saches… " Ça me détruit de l'intérieur cette connerie. Ça m'use et me fatigue. " C'est rien de… mal mais… Je peux pas te laisser dans l'ignorance alors que ça pourrait te toucher " Que je souffle doucement, à quelques centimètres de son visage. " Je suis venue avec Louis ici pour le boulot mais… pas vraiment avec l'autorisation de Maxime. Il pourrait m'attaquer en justice pour avoir la garde de Louis… Ça pourrait être plutôt moche tout ça et … Je vais pas être capable de protéger Louis et toi dans cette histoire. Ils pourraient s'en prendre à toi. Max, ses avocats ou je ne sais pas trop quoi " Que je souffle doucement. " J'ai terriblement envie de t'embrasser encore, de t'enlacer, de… tout. Mais je veux que tu saches dans quoi tu te lances. Même si ce n'est que l'histoire d'une journée nous deux, il pourrait s'en prendre à toi et je veux que tu le saches " Si je n'avais pas pu lui dire plus tôt, j'ouvrais mon coeur en grand à ce moment précis. Il fallait qu'il sache. Je ne veux pas le voir souffrir à cause de moi. Pas une nouvelle fois. Il y a trop en jeu. Et je ne suis pas prête à risquer tout ça. Je reste stoïque face à lui, comme si du béton avait été coulé dans mes veines. Il a la suite de ce baiser en mains. Il veut se protéger et je m'écarte. Il est conscient de la merde que je peux emmener et il continue. C'est son choix. Et je le respecterais.



love of my life, can't you see ? bring it back, bring it back, don't take it away from me because you don't know what it means to me. ;; (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: OK Google ! T'es viré  

Revenir en haut Aller en bas
 
OK Google ! T'es viré
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Streets of New Orleans :: Welcome to the New Orleans :: Uptown & Audubon :: Les habitations-