RSS
RSS



 
AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 
Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 45 messages qui m'ont rapporté : 226 $ sous les traits de : Anna Kendrick. Vous pouvez me retrouver aussi sous : Summer Maconahey. D'ailleurs je dois mes images à : Angel En ce moment, je suis : en présence réduite du : 27/07 au 19/08.
et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Dim 5 Aoû - 22:29


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
« Woaw, que d’honnêteté de ta part » déclarais-je avec un ton amusé « j’imagine que je dois être flatté de savoir que ta meilleure amie vaut autant que nos moments sous la couette » Bien sûr que j’en étais flattée, je ne pouvais pas le cacher. Ce qui me flattait moins par contre, c’est que Léo ait préféré Malone pour être dans la confidence du projet, vu que ce dernier était dans la vie du Grec depuis moins longtemps qu’elle ou Summer…mais j’imagine que je devrais simplement faire avec, vu qu’après tout, Malone était effectivement le seul qui ne risquait pas vraiment de se sentir émotionnellement atteint par les intentions de Léo à venir vivre dans le coin. J’hochais simplement la tête, montrant par-là, que j’allais faire l’effort pour passer à autre chose. Après tout il ne pouvait rien de plus maintenant ! Ce qui est fait est fait, comme on dit. Il allait falloir que j’accepte l’idée qu’il ait eu envie de gérer son truc tout seul, dans son coin. Le principal, c’était qu’il soit de retour, nan ? et qu’il ne parte plus !! Je souriais enfin…d’un vrai sourire, ravie de savoir que plus jamais je n’aurais à imaginer des coups tordus pour le faire rester à l’appart une journée de plus. Enfin…sauf s’il a décidé de faire de son hôtel son logement définitif ? Ça à vrai dire, on n’en a pas vraiment parlé…

Léonidas acceptait de faire une trêve, le temps que je digère son histoire et que ma colère passe, et se rachetait maintenant en cherchant à faire ma compta. Je le regardais s’installer à côté de moi sur le canapé, prendre mon ordi pour vérifier les premiers chiffres inscrit. Quant à moi, je me redressais un peu à côté de lui, rabattait mes cheveux en arrière tout en jetant un œil à l’ordinateur moi aussi, au moment où Léo évoqua une grosse rentrée d’argent. « Euh ouais…disons que…en fait, j’ai comme qui dirait tapé dans l’œil d’une cliente » commençais-je par dire alors que la tête du Grec se dévissait radicalement pour me regarder dans les yeux, en recherche de plus d’informations « En ce moment, j’ai un employé en arrêt maladie et entre l’effervescence du moment au restaurant, plus mon manque de temps pour recruter quelqu’un, je me suis dit que si c’est l’histoire de quelques semaines, je pouvais gérer moi-même… » je me levais deux secondes pour aller récupérer ma bière et revenait bien vite m’installer aux côté de Léo pour finir mon histoire « Enfin bref, tout ça pour dire que du coup, je suis en cuisine, ou au service, et qu’un jour, j’ai servi une cliente qui est tombé en amour de ma cuisine et qui m’a fait un proposition assez importante, en me versant un acompte pour mes futures services… » je n’allais pas rentré dans les détailles du nom, prénom et histoire de la cliente en question, parce qu’à part résumé ça en « c’est la fille d’un riche mec d’origine italienne dont j’ai jamais entendu parlé » je n’aurais pas trop d’info à lui donner « Elle veut organiser un anniversaire pour son père et…je suis chargée de préparer des repas pour presque une centaines de convives…cuisine qui devra être 100% italienne et triée sur le volet par ma cliente, avant la date de l’anniversaire ! d’où l’acompte. J’ai déjà commencé à lui préparer quelques plats et…pour la suite on verra » Je ne sais pas vraiment pas ce qu'il adviendra ensuite, tout ce que j'ai vu moi, c'est le bénéfice que peut m'apporter tout cela, surtout si je veux pouvoir tenir des engagements envers Léo « Alors ?? fière de moi ou pas ?! » demandais-je, dressée comme une gamine en proie à recevoir son premier diplôme !



AVENGEDINCHAINS
 



"I can do that ! Hold My beer..."
My last words, probably
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES ROYALEtre au sommet de la chaîne alimentaire
avatar


ADMIN - MEMBRE DES ROYAL
Etre au sommet de la chaîne alimentaire


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 29 messages qui m'ont rapporté : 190 $ sous les traits de : Jason Momoa Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris, Tomas & Bonaventure D'ailleurs je dois mes images à : Advendinchained En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Dim 5 Aoû - 23:22


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
« Bien sûr que tu peux te sentir flattée ! Je ne couche pas avec toutes mes meilleures amies. J’en ai deux et tu es la seule à être au présent en ce qui concerne mon lit enfin ton lit » répliqua-t-il sans sourciller. Summer, il l’avait déjà eu dans son lit par le passé et il ne comptait pas le refaire sous peine de voir son expérience de vie réduite à néant. Il n’avait pas peur de souffrir mais il n’était pas con au point de tendre la joue pour qu’un certain Maconahey ne la réduise en bouillie. Summer était définitivement du passé. Le seul point négatif dans cette histoire, c’était qu’entre Joan et elle, elle était la seule à apprécier les fessées et autres petites attentions dominatrices. La seule fois où il avait voulu l’attacher, elle lui avait fait limite une crise d’angoisse -autant dire qu’il n’avait pas réitérer l’initiative. La fessée ? Elle l’avait envoyé prendre une douche froide car son cul n’était pas un tamtam. Cela l’avait refroidi mais pas éloigné d’elle. Le désir qu’il avait pour sa meilleure amie semblait un gouffre sans fond et il en était le premier étonné.

Le problème c’est que pour le sexe, c’était mort. Joan même si elle arrêtait de bouder continuait d’éprouver de la rancœur le concernant. Or, dans ces moments-là, il pouvait toujours se la mettre derrière l’oreille. Etrange, venant d’une autre femme, il ne se serait pas gêné pour la menacer d’aller voir ailleurs mais avec sa naine, le grec avait tendance à ressentir autant d’amusement que d’agacement. Il n’y a pas à dire, elle possédait d’énormes privilèges. « Si tu as des problèmes pour recruter, je peux t’offrir les services de mon directeur RH ou de mon cabinet de recrutement. Ils géreront pour toi et tu n’auras plus qu’à sélectionner les profils qui t’intéresseront » dit-il. Après tout, il avait investi dans ce restaurant, il était normal qu’il propose à Joan d’avoir tous les outils de management à sa portée. « Je suis fier de toi mon petit padawan ! C’est une bonne nouvelle pour ton restaurant, si tu continues comme ça, d’ici six mois, tu pourras te dégager un salaire bien plus décent » la félicitait-il en lui ébouriffant les cheveux. Leonidas était réellement fier de sa meilleure amie. Elle gérait son établissement avec sérieux et nul doute qu’il deviendra une valeur sûre de la Nouvelle-Orléans. « En attendant, ce mois-ci, je te fais ta compta mais dès le mois prochain, je t’aloue les services d’un expert-comptable histoire que tu n’aies plus ça à gérer. Ne t’inquiète pas, je le prends à mes frais… Moins tu passes de temps sur tes chiffres et plus tu auras de temps à me consacrer » lui dit-il, fier de sa connerie. Dans un sens, il lui rendait service également alors elle ne pouvait pas refuser une offre aussi généreuse n’est-ce pas ? En attendant, Leonidas continua de se plonger dans les comptes avec l’aisance d’un homme habitué à gérer des finances. Au bout d’une heure, il fermait l’ordinateur. « Terminé ! Tes comptes sont équilibrés, rien à dire »



AVENGEDINCHAINS
 


I think I took too much
I'M ADDICTED TO YOUR TOUCH
You're my Venus

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 45 messages qui m'ont rapporté : 226 $ sous les traits de : Anna Kendrick. Vous pouvez me retrouver aussi sous : Summer Maconahey. D'ailleurs je dois mes images à : Angel En ce moment, je suis : en présence réduite du : 27/07 au 19/08.
et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Jeu 9 Aoû - 22:01


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
Pendant les 2 mois d’absence de Leonidas il s’en était passé des choses pour ma part. Le restaurant avait ses fidèles depuis un bon moment déjà, mais ces derniers avaient -heureusement pour moi – fait passer le mot sur la bonne cuisine que l’on pouvait y goûter. De quoi augmenter considérablement la fréquentation dans mon restaurant. Le truc, c’était que c’était venu vite. Peut-être trop vite pour que je puisse apprendre à affronter la gérance, la comptabilité, ET dernière une partie du service et la cuisine. Avec l’arrêt maladie d’un de mes employés, je n’avais pas pris le temps de chercher quelqu’un pour un remplacement, préférant jouer l’état d’urgence en prenant sa place pour quelques jours…les quelques jours étaient devenus des semaines maintenant. Jusqu’ici, je ne me plaignais pas vu que je cherchais continuellement à m’occuper pour ne pas trop penser à l’absence que provoquait mon colocataire. Travailler me permettait de penser à autre chose qu’à lui ; et c’était justement l’effet recherché…jusqu’à maintenant. « J’avoue qu’avoir quelqu’un pour le remplacement, ne serait-ce qu’au service en salle, ça m’arrangerait bien. Mais je pense que les durant les prochaines semaines, je devrais continuer d’assurer quelques heures en cuisine. Cette cliente à bien spécifier qu’elle tenait à ce que je lui fasse moi-même les recettes pour pouvoir les juger au mieux » Au départ, j’avais trouvé sa demande un peu, comment dire, insultante, dans le sens où j’ai pensé à mon cuisinier actuel, très compétent et complètement à même de gérer les plats que j’aurais pu suggérer. Mais après coup – et surtout après avoir compris de par son premier acompte – j’ai bien dû reconnaitre que certaines exigences de la clientèle ne devaient pas être prise à la légère… Léo se proposa alors pour me faire la compta de ce mois, et je souriais avec contentement, tout en me levant du canapé, écoutant attentivement ce que le Grec argumentait. Sur le coup, j’aurais préféré refuser parce qu’assurer le salaire un comptable aurait eu un impact sur le versement de mon propre salaire qui était déjà un peu sacrifier pour le bon fonctionnement de mon établissement. Mais Léo trouva forcément la parade en m’annonçant d’avance que c’est lui qui paierait les frais. Il fallait voir cela comme un investissement selon ses dire. « Alors si c’est un investissement…je ne peux rien dire. J’espère pour toi que tu ne me diras pas dans deux trois mois que c’était un investissement à perte ! » plaisantais-je, avant de contourner la table basse devant mon petit canapé. Je comptais bien profiter que Léo s’occupe sur mon PC pour vaquer à mes occupations qui se résumerait à prendre une douche, et me préparer pour le boulot.
Ce que je fis en un temps record, et en revenant dans le salon, vêtu d’un haut col en V bleu, d’un jean clair délavé, les cheveux relevé et attaché lâchement par une pince pour laisser retomber quelques mèches. Il ne manquait plus que mon tablier que j’avais pour habitude de ramener à la maison pour le laver et qui trônait fièrement en cuisine. Mon colocataire annonça que les comptes étaient équilibrés, et je tournais la tête en lui souriant, contente de moi ! « Rien à dire ? Woaw, venant de ta part, c’est limite si ça ne fête pas ! » me moquais-je tout en revenant dans le salon, le tablier dans les mains que je pliais en deux, puis encore en deux. « Je vais devoir t’abandonné…le boulot. Tu as ce qu’il faut en restes au frais, mais si tu veux te faire un truc à dîner tranquille, tu n’hésites pas, j’ai fait les courses hier… » Je me plantais devant Leo qui faisait 3 têtes de plus que moi, si ce n’est plus. Ne sachant pas s’il préférait finalement passer sa soirée à son hôtel plutôt qu’ici, je relevais la tête et d’un sourire timide, acceptait de lui faire une promesse « Je finis le service à 22h. Le temps de ranger, de fermer et de revenir, je pense être rentrée pour 23h. si tu es toujours Okay pour restée ici… je te promet de garder suffisamment d’énergie pour me faire pardonner de t’avoir fait veiller jusque-là » Ce n’était pas clairement dit, mais en somme : il aurait le droit à sa partie de sexe, ce soir, s’il était disposé !



AVENGEDINCHAINS
 



"I can do that ! Hold My beer..."
My last words, probably
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES ROYALEtre au sommet de la chaîne alimentaire
avatar


ADMIN - MEMBRE DES ROYAL
Etre au sommet de la chaîne alimentaire


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 29 messages qui m'ont rapporté : 190 $ sous les traits de : Jason Momoa Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris, Tomas & Bonaventure D'ailleurs je dois mes images à : Advendinchained En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Jeu 9 Aoû - 22:32


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
« Des clients aux demandes très spécifiques, tu en auras toujours. Au moins, celle-ci te paie rubis sur l’ongle donc autant en profiter pour grimper tes prix. Si elle te veut toi, derrière les cuisines, fais-en sorte de la faire cracher au bassinet. Tu es en position de force, profites-en pour faire ta marge sur son dos. » la conseillait-il en bon chef d’entreprise. Leonidas avait l’habitude de donner des ordres à longueur de journées mais il y avait également une part de son travail qu’il appréciait particulièrement : la quête de profit. Il aimait manier les chiffres. Il y a encore quelques années, il aurait plutôt affirmé être du genre à s’intéresser aux crimes crapuleux, père officier de police oblige ; mais finalement, il avait pris le virus des marchés financiers et il était doué dans son domaine. Très doué. En quelques années, Leonidas avait réussi à reprendre d’une main de maitre le groupe qu’avait fondé son grand-père et à le faire prospérer. Ses méthodes étaient différentes, ses prises de risque également. Il n’était pas rare qu’il se prenne la tête avec le vieux à ce sujet. Sebastyen était de la vieille école, pas Leonidas. La modernité, il la connaissait, il en éprouvait également toutes ses limites. « Bien sur que c’est un investissement, sur le long terme même ! Ne t’inquiète pas, je ne risque pas de penser que c’est un investissement à perte mais je compte sur toi pour y mettre du tiens » rétorquait-il sur le même ton de plaisanterie qu’elle.

Enfin Joan balaya sa bonne humeur en lui signifiant qu’elle devait aller bosser. Merde, il n’avait vraiment pas pris en compte ce fait pour sa surprise. Dire qu’il se voyait déjà dans son lit, essoufflé par une bonne séance de partie de jambe en l’air… A la place, il était son cul dans le canapé, à faire sa comptabilité pendant que mademoiselle, irait bosser. Il était contrarié mais il se tut pour une fois. A la place, il préféra grogner sur le fait qu’elle n’avait même pas un bon vin pour accompagner un repas digne de ce nom. « Mouais je verrais bien si j’ai d’autres projets » dit-il. Hors de question que d’être un homme qui attend sagement sur un canapé que sa femme revienne de sa dure journée de labeur. Il était un Vasilis ! Pas une lopette amoureuse. « Allez file bosser ! » dit-il en la chassant d’un signe de la main, faisant mine d’avoir autre chose à faire. Le pire, c’est qu’il n’avait pas le moins du monde envie de bouger de ce canapé. L’appartement avait beau être minuscule (son penthouse était plus grand, pour dire), il y avait là, la touche de Joan partout. Il s’y sentait bien qu’il termina par poser l’ordinateur pour mieux faire le tour, cherchant un signe de changement mais non, tout était comme d’habitude. Au bout d’une dizaine de minutes, il se dirigea vers la cuisine pour regarder les restes. Il aimait cuisiner depuis sa plus tendre jeunesse mais Joan faisait les lasagnes comme personne. Or, son plat préféré l’attendait sagement dans le frigo. Elle ne l’avait pas fait exprès mais cela le fit sourire brièvement. Une fois son diner et la vaisselle faite (oui oui, Leonidas fait la vaisselle, Leonidas était un maniaque du rangement), il gagna la chambre où il se déshabilla complètement pour regarder un film dans les meilleures conditions.

La fatigue accumulée eut raison de lui puisque vingt minutes après le début de son film qu’il avait pris au hasard sur le disque dur de Joan (une histoire de groupe de chant a capella à l’université), il s’endormit.



AVENGEDINCHAINS
 


I think I took too much
I'M ADDICTED TO YOUR TOUCH
You're my Venus

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 45 messages qui m'ont rapporté : 226 $ sous les traits de : Anna Kendrick. Vous pouvez me retrouver aussi sous : Summer Maconahey. D'ailleurs je dois mes images à : Angel En ce moment, je suis : en présence réduite du : 27/07 au 19/08.
et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Jeu 9 Aoû - 23:12


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
Des soirées comme celles-ci, parfois on les aime, parfois on les déteste ! Avoir du monde, être en plein rush ?? c’est LA GAGNE pour un restaurant. Mais pour l’employé, c’est juste du stress, et de la fatigue accumulée…Ce soir, je n’avais eu de cesse de motiver verbalement mon équipe, entre chaque passage en cuisine ou en salle. Je savais par expérience qu’un employé que l’on entrain, motive et félicite, est un employé qui persévère et faire encore plus que son mieux ! Et c’est ce qu’il s’est passé aujourd’hui : je les ai vu soufflés, mais sourire à chaque petit mot échangé. Ils étaient en sueur parfois, mais bon sang ils avaient de l’énergie à revendre. Et pour le coup, en les voyant là, s’agiter en salle et à l’accueil, je me suis dit que j’avais clairement de la chance. Tout ce dont j’avais pu rêver se trouvait là. Ce qui manquait ? c’était en train de se construire. Autant dire que pour la première fois de ma vie, j’avais l’impression d’être sous une bonne étoile.

Il y eut un moment de flottement vers 21h15, ce qui est souvent le cas, et j’avais abandonné les cuisines pour observer ce qu’il se passait en salle. Les yeux dans le vague, je pensais à mes parents. Souvent, bien souvent, je me demandais s’ils auraient aimé cet endroit ; si ce restaurant répondait au rêve qu’eux-mêmes s’étaient promis un jour de réaliser. Je m’étais lancé de tout ceci pour eux…mais aujourd’hui, je me rendais compte que petit à petit, je m’appropriais ce rêve. Je pense que maintenant, je le fais pour moi. Et ça a encore plus de sens pour moi. Jamais je n’ai osé avoir de rêve jusqu’ici, parce que j’estimais ne pas en avoir le droit. Mais il a fallu que Leonidas me soutienne pour que j’en arrive là…

Leonidas. J’en reviens toujours à cet homme. Et bien évidemment, pendant que je suis en train de nettoyer la cuisine avec l’autre cuisinier et un plongeur, j’ai une pensée pour Leo : est-ce qu’il est resté ? Je sais qu’il n’est pas du genre à attendre patiemment que sa « femme » rentre…Ma promesse d’un moment câlin peut ne pas avoir de poids face à la l’obstination de Vasilis à vouloir rester un homme libre et indépendant. Je le comprends…je suis moi-même un peu comme ça ! Enfin : disons plutôt que j’ÉTAIS comme ça, avant. Cela fait un an ou deux que je me rends compte que j’ai besoin de quelqu’un dans ma vie. Sans doute parce que ma famille me manque, que mon frère me manque, ou encore que cette situation précaire et peu stable avec Leonidas commence à ne plus me suffire. Je ne sais pas, à mon avis il s’agit d’un mélange de tout cela, mais il est clair qu’aujourd’hui, j’ai un peu de mal à entrevoir un futur où je continuerais de dire « Je suis seule, parce que j’ai choisi d’être seule. Ça me convient et je vous emmerde. » Le truc, c’est que pour le moment, je ne peux parler de ce ressenti à personne, et encore moins à Léo.

« Bon, ça suffit pour ce soir les gars. Rentrons chez nous » déclarais-je aux derniers employés restés pour la fermeture. Pour des raisons de sécurité, j’ai toujours spécifié à ce que deux à trois employés ferment ensemble l’établissement là ou d’autre ne se contentait que d’un employé pour cela. Je préférais miser sur la sécurité, et ne jamais avoir à me dire qu’un drame peut arriver en pleine nuit, un soir où tout devient calme dans les rues. Je rentrais donc, comme convenu et presque à l’heure dit, à 23h03, et ouvrit mon appartement plongé dans le noir complet. Léonidas n’était pas resté…du moins c’est le sentiment qui m’avait envahi et presque déçue en y pensant. Mais en gagnant la cuisine pour y mettre la bouteille de Chianti Classico que j’avais récupérer dans les caves du restaurant. J’avais pensé lui ramener celui-ci pour un mariage idéal avec une bolognaise ou des lasagnes, et c’est justement en ouvrant le frigo que je remarquais que les restes de lasagnes n’avait pas fait long feu. Se pourrait-il que Léo soit resté finalement ?? je fermais la porte du frigo après avoir placé la bouteille, quand un bruit venant du couloir attira mon attention. Je respirais le moins fort possible, concentrée sur ce que j’entendais, et je reconnu bien vite les répliques de mon film préféré faisant écho depuis ma chambre « Il est resté… » osais-je dire à haute voix, à la fois heureuse et émue de savoir que je ne l’avais pas fait fuir. Je rouvris alors très vite le frigo pour reprendre la bouteille de vin, ouvrir cette dernière et remplir un verre à vin. La température était idéale normalement vu qu’elle était tout droit sorti de la cave avant que je ne ferme le restaurant !
Quelques secondes plus tard, je pénétrais dans la chambre pour constater que Léo s’était endormi. A moitié couvert par les draps du lit, la télé en fond sonore, il avait tout d’un dieu Grec ainsi serein dans son sommeil. Je l’observais un moment, en souriant, avant de faire quelques pas de son côté du lit pour y déposer le plus délicatement du monde, le verre de vin que je lui avais servi.

Un coup d’œil à l’heure sur mon réveil, et j’optais pour un passage en salle de bain, afin de me changer et de me rafraîchir de cette soirée éprouvante. Je revins quelques minutes plus tard, et Léo semblait toujours endormi. Je m’approchais de lui en contournant le lit et me penchait sur le rebord pour venir l’embrasser. Non pas sur les lèvres mais sur son épaule d’abord, puis son torse…et je murmurais alors contre sa peau en souriant « Je sais que t’es réveillé. Le vin dans le verre à diminué ! »




AVENGEDINCHAINS
 



"I can do that ! Hold My beer..."
My last words, probably
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES ROYALEtre au sommet de la chaîne alimentaire
avatar


ADMIN - MEMBRE DES ROYAL
Etre au sommet de la chaîne alimentaire


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 29 messages qui m'ont rapporté : 190 $ sous les traits de : Jason Momoa Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris, Tomas & Bonaventure D'ailleurs je dois mes images à : Advendinchained En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Sam 11 Aoû - 21:56


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
Leonidas n’avait effectivement pas quitté l’appartement de Joan. Il n’en avait pas eu envie, lui l’homme parfaitement indépendant, qui n’aimait en rien qu’on lui dicte sa conduite. Il n’avait pas eu envie de quitter cet endroit où il se sentait bien. Malgré sa richesse personnelle, l’appartement de sa meilleure amie le rendait serein. Combien de fois était-il venu, en pleine nuit, après des heures d’avion pour simplement passer quelques minutes ici ? Il ne les comptait pas -son banquier si. Leonidas se fichait bien de claquer des milliers de dollars dans ses voyages express car il pouvait réattaquer le boulot, l’esprit plus libre qu’avant. Il faut dire que le brun était un bourreau de travail mais que contrairement aux idées reçues, n’avait que peu de distraction. Il bossait bien plus souvent qu’il ne niquait pour reprendre ses propres mots. Pourtant, ses plus proches amis s’imaginaient qu’il faisait bien plus souvent la fête qu’autre chose. Son grand-père ne le lui permettrait pas car il avait beau lui avoir donné les rennes du groupe, il continuait d’exercer sur lui, une emprise malsaine. Son dernier projet en date : obtenir un héritier le plus rapidement possible. Leonidas préférait encore se couper un bras que de devenir père. Il avait bien d’autres choses à gérer avant d’avoir un brailleur entre les pattes. Il fallait être dingue pour avoir des gosses ou s’appeler Maconahey.

Finalement, il s’endormit dans le lit de Joan, respirant son parfum. Il ne savait pas quelle heure il était quand elle rentra finalement de son boulot mais à peine avait-elle passé le pas de la porte qu’il ouvrait les yeux. Leonidas avait le sommeil plus que léger. C’était comme si son instinct de survie le poussait à ne dormir que d’une seule oreille. Une raison qui faisait qu’il était particulièrement fatigué. La dernière fois qu’il avait dormi de tout son saoul, remontait à ses dernières vacances, l’année dernière. Chaque année, le grec partait loin de toute civilisation pour se ressourcer. Durant quinze jours, il était tout simplement injoignable et c’était tant mieux comme ça -même si, une certaine brune lui manquait. Il sentit cette dernière poser un verre de vin qui lui chatouilla très vite les narines. Il sentait bon… très bon si bien qu’elle venait à peine de quitter la chambre qu’il le gouttait avec l’expertise d’un connaisseur. Très bon choix. Elle ne se ferait pas vanner (ou si). Joan s’approcha de lui à nouveau pour déposer ses lèvres sur son épaule. Le grec resta de marbre, jouant le prince aux bois dormants. « Tu m’as pris par les sentiments, pour une fois que tu en choisissais un bon » se moqua-t-il en ouvrant un œil puis l’autre pour mieux la faire basculer sur le lit, roulant sur le matelas pour être au-dessus d’elle. « Je t’ai attendu »




AVENGEDINCHAINS
 


I think I took too much
I'M ADDICTED TO YOUR TOUCH
You're my Venus

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 45 messages qui m'ont rapporté : 226 $ sous les traits de : Anna Kendrick. Vous pouvez me retrouver aussi sous : Summer Maconahey. D'ailleurs je dois mes images à : Angel En ce moment, je suis : en présence réduite du : 27/07 au 19/08.
et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Sam 11 Aoû - 22:11


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
Je souriais contre la peau de Leonidas alors qu’il me répondait d’une voix rauque qu’il n’avait pas pu résister au vin qui lui avait -alléluia – convenu ! Je savais qu’il avait le sommeil léger pour avoir pu expérimenter quelques nuits passées en sa compagnie, mais je me suis toujours dit que de toute façon, n’importe qui comparer à moi, avait le sommeil léger ! Moi, une fois que je dormais, je dormais ! On pouvait me bousculer, me déplacer comme un pantin dans le lit que je n’ouvrais pas l’œil pour un sou. Les seules choses qui me réveil sont, l’odeur du café tout juste fait, l’odeur d’une viennoiserie encore chaude, et…les câlins quand ils sont entreprenants ! Pour le reste, faudra s’armer de patience. Mais concernant Leonidas, j’avoue que je ne m’étais pas attendu à ce qu’il soit finalement réveillé après mon passage par la salle de bain, étant persuadée d’avoir fait le moins de bruit possible. Mais je n’allais clairement pas me plaindre, n’est-ce pas ?!
Je fus emporté par le grec pour basculer sur le lit, dos plaqué contre le matelas alors que je riais de surprise tout en me moquant « Tu m’as attendu ! Et tu l’as fait en regardant mon film préféré…je ne sais pas si je dois me moquer où pleurer d’émotion. Tu deviens fan d'Acapella avoue ! » J’enroulais mes mains autour du cou de Léo, bien heureuse de pouvoir le retrouver après une soirée aussi intense que celle que j’avais passé au resto. « J’espère que je n’ai pas été trop longue ? Ça a été ton dîner ? » demandais-je comme pour lui demander comment c’était passé sa soirée finalement. Je déposais un baiser sur le bout de son nez, et penchais ensuite la tête pour m’emparer de ces lèvres avant qu’il ne me réponde. J’avais attendu de pouvoir l’embrasser depuis trop longtemps…



AVENGEDINCHAINS
 



"I can do that ! Hold My beer..."
My last words, probably
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES ROYALEtre au sommet de la chaîne alimentaire
avatar


ADMIN - MEMBRE DES ROYAL
Etre au sommet de la chaîne alimentaire


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 29 messages qui m'ont rapporté : 190 $ sous les traits de : Jason Momoa Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris, Tomas & Bonaventure D'ailleurs je dois mes images à : Advendinchained En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Sam 11 Aoû - 22:20


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
Il l’avait attendu, chose qu’il détestait faire de prime abord. Leonidas se targuait de ne donner aucun espoir à ses conquêtes mais Joan était sa meilleure amie et non une conquête de plus après tout ?! Il n’en savait rien. Il était paumé dans ce qu’il ressentait pour la brunette et inutile d’en parler à Summer, cette dernière ne ferait que papillonner des yeux, en lui affirmant haut et fort qu’il était amoureux d’elle. A l’écouter, tout le monde serait amoureux de tout le monde comme son frangin avec la frangine Maconahey. L’amour n’avait pas sa place dans son vocabulaire. Les femmes n’étaient pas dignes de confiance, il le savait et il était hors de question que de laisser l’amour gouverner son monde. Leonidas n’était pas fou même pour Joan. « Y a une petite brune et une rouquine, je sais pas pourquoi je peux pas m’empêcher de les imaginer, dans mon lit, toutes les deux en même temps » la taquinait-il en déposant de léger baisers au creux de son cou. Il n’allait quand même pas avouer qu’il commençait à apprécier ce film après l’avoir visionné un certain nombre de fois par sa faute. Il avait son honneur !! « C’était délicieux, tes lasagnes restent mon plat préféré. D’ailleurs, elles m’ont affreusement manqué plus d’une fois à Athènes. J’avais beau donner la recette à ma cuisinière, elle continuait à les faire moins bien que toi » pestait-il après qu’elle l’eut libéré de leur baiser. Il n’allait pas s’en plaindre, voilà deux mois qu’il n’avait pas pu l’embrasser ou se retrouver au lit avec elle. Leonidas ne se fit pas prier pour l’empêcher à son tour de répondre en l’embrasser tandis qu’il glissait une main sur sa cuisse pour pouvoir s’installer un peu mieux entre ses jambes. « ça c’est bien passé au restaurant ? tu as fait du chiffre ? »


AVENGEDINCHAINS
 


I think I took too much
I'M ADDICTED TO YOUR TOUCH
You're my Venus

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE DES OAKL'Art de vivre est une philosophie pour moi
avatar


MEMBRE DES OAK
L'Art de vivre est une philosophie pour moi


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 45 messages qui m'ont rapporté : 226 $ sous les traits de : Anna Kendrick. Vous pouvez me retrouver aussi sous : Summer Maconahey. D'ailleurs je dois mes images à : Angel En ce moment, je suis : en présence réduite du : 27/07 au 19/08.
et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Sam 11 Aoû - 22:50


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
J n’ai pas assez d’expérience en relation amoureuses (je dis bien « amoureuse » et pas sexuelles, de ce côté-là j’estime que ça va…) pour savoir si ce que j’échange avec Léo peut s’y apparenter. Mais il est clair que lorsque je compare ma relation avec lui et celle que j’ai pu avoir avec des mecs de passages il y a une grosse différence : Avec le grec, j’ai envie de parler. L’échange avec lui est facile, et je me sens moins obligé d’être « correct ». Si bien que des soirées comme ça – bien qu’elles soient rares vu qu’habituellement on se saute dessus et on parle APRES – il n’y a qu’avec Leo que je les partage. Et parfois, j’ai tendance à penser que, PEUT-ETRE, il n’est pas uniquement question de sexe avec lui…il y a une intimité que j’accepte d’avoir avec Léo que je ne donne à personne d’autre, et j’ose imaginer que c’est pareil pour lui. A moins que…à moins que même avec ces autres conquêtes il est comme ça et du coup, je me fourre le doigts dans l’œil. Arf, je n’ai même pas envie d’y penser. Rien que l’idée d’imaginer une femme avec Léo en train de s’adonner à un câlin ça me donne envie de gerber.

Je taquinais le grec à propos du film eh bien que j’aurais du mal prendre son appréciation par rapport à deux personnages du film, j’éclatais de rire en déclarant : « Tiens c’est marrant, mais Summer aussi, elle peut pas s’empêcher de les vouloir dans le même lit toutes les deux ! » Ce que je n’ai jamais compris par contre concernant ma meilleure amie, c’est si elle voulait les voir dans le même lit, où être avec elles dans le même lit ! Les deux options sont plus qu’envisageable avec Summer.

Je souriais en rougissant pour le compliment sur les lasagnes et profitais de ce moment pour cacher mon état en embrassant Léonidas dans le cou suivant la ligne taillé de sa barbe pour descendre tranquillement sur sa jugulaire. « C’est parce qu’il y a un ingrédient secret qui ne doit être transmis qu’à la génération suivante » Autant dire que pour le moment, j’emporterais sans doute ce secret dans ma tombe sans jamais l’avoir révélé, tellement je suis maudite et pathétique ! Je gesticulais dans le lit pour mieux me caler entre les oreillers et je laissais ma cuisse suivre la main de Léonidas, pour déployer ma jambe et le laisser s’installer entre mes jambes. Je ne le disais pas, mais à chaque fois qu’il se plaçait ainsi au-dessus de moi, je trouvais cela à la fois excitant et sécurisant. Je me rendis alors compte en le sentant se plaquer contre moi qu’il était complètement nu, et je souriais malicieusement pour mieux faire descendre mes mains de son cou et ses épaules pour glisser dans son dos et rejeter le drap qui cachait le bas de son corps. S’il était nu, autant que je puisse avoir un œil sur le spécimen plutôt que de le laisser bien emballer dans un linge ! Faut pas déconner, je l’ai pas vu depuis 2 mois, et je suis en manque ! « Suffisamment de chiffre pour pouvoir ramener cette bouteille à la maison, à l’œil, Mr le banquier ! » Cela ne m’étonnait pas que Léo parle de « chiffre » pour déterminé le succès ou non de ma soirée. Personnellement, je préfère parler « d’affluence ». « Jai eu le temps de réfléchir par rapport à ce que tu m’as annoncé cet après-midi » je sais qu’il n’avait pas envie de revenir sur le sujet, mais il avait pris le temps de s’excuser non. Alors autant que je le fasse aussi….à ma façon « Bien que je continue de penser que t’as pas été le mec le plus intelligent en osant me cacher ton projet de te poser ici » il fallait bien que je place le fait qu’il était un peu con, quand même ! « Je veux bien admettre que tu as eu en partie raison : Peut-etre que j’aurais fondé beaucoup d’espoir et que j’aurais été gravement déçue si cela n’avait pas marché » je re déposais mes lèvres dans son cou, et m’écartait pour le fixer dans les yeux et conclure « Donc…je m’excuse pour mon comportement de tout à l’heure. Je penses toujours que t’es un petit con pour ne rien m’avoir dit, mais je sais que tu l’as fait sans penser à mal et…je suis désolée d’avoir gâché ton retour en faisant la gueule »




AVENGEDINCHAINS
 



"I can do that ! Hold My beer..."
My last words, probably
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN - MEMBRE DES ROYALEtre au sommet de la chaîne alimentaire
avatar


ADMIN - MEMBRE DES ROYAL
Etre au sommet de la chaîne alimentaire


Depuis mon arrivée le : 30/07/2018 j'ai posté : 29 messages qui m'ont rapporté : 190 $ sous les traits de : Jason Momoa Vous pouvez me retrouver aussi sous : Paris, Tomas & Bonaventure D'ailleurs je dois mes images à : Advendinchained En ce moment, je suis : présent(e) et pour finir, en RP, je préfère : m'adapter à mon partenaire.


MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  Sam 11 Aoû - 23:05


  Leonidas et Joan

  TU POSES TES VALISES, OU TU NE FAIS QUE PASSER ?

 
« M’en parle pas ! J’ai raté le coche quand je sortais avec Summer. J’aurais du lui proposer un plan à trois avec une autre nana. Je suis sur qu’elle aurait adoré » décréta Leonidas qui avait vu, l’un de ses fantasmes de l’époque, partir en fumée à son plus grand regret. Je vous rassure, il avait depuis lors, bien vécu et s’il n’avait jamais fait ce plan à trois avec Summer, il s’était consolé avec une fois, un plan à cinq. Que des femmes ! Le pied total. Les grecs savaient s’amuser et son grand-père avait toujours misé sur le fait que son petit fils sache conquérir une femme au lit. Etrangement, c’était bien la seule leçon que Leonidas avait acceptée sans rechigner. Il ne comptait plus le nombre de fois où le vieux lui avait payé les services d’une prostituée pour parfaire sa technique au lit. Il avait reçu une éducation débridée et très large d’esprit car si dans un premier temps, cela avait concerné uniquement le plaisir de ses dames, son grand-père avait fait en sorte qu’il sache également satisfaire un homme. Néanmoins, contrairement à Summer, Leonidas n’avait jamais développé de penchant homosexuel. Loin de là.

Avec Joan, c’était différent. Si Leonidas connaissait tout du sexe et du plaisir de la jouissance, il avait découvert quelque chose de différent avec cette femme. Il n’osait creuser davantage car encore une fois, il n’était pas certain d’avoir les épaules assez larges pour en supporter le poids des révélations. Il préférait se contenter de ce qu’ils vivaient présentement. « J’ai même pas le droit à un indice ? A moins que la condition soit que je te fasse un gosse ? » plaisantait-il sans savoir si Joan voulait un jour des enfants. Ils n’avaient jamais abordé la question. A vrai dire, ils ne parlaient guère de leur vie sentimentale respective à croire que c’était devenu, un sujet tabou ou ennuyeux. Au choix. Un sourire étira ses lèvres quand il sentit les doigts de sa naine rejeter les draps. Il était nu, entre ses jambes et autant dire qu’il n’était pas mécontent qu’elle veuille en voir davantage. « Bien, tu as bien travaillé dans ce cas » murmura-t-il en mordillant le lobe de son oreille tandis que Joan, se lançait à nouveau dans un sujet de conversation. Leonidas en aurait grogné sur place s’il n’avait pas un contrôle total de ses émotions. « Tu as raison de t’excuser, j’ai été affreusement blessé par ta conduite. Moi qui venais te voir tout content de retrouver après tout ce temps, j’ai été mal reçu… ça a été traumatisant et j’espère bien que tu comptes te faire pardonner. Tu as brisé mon petit cœur tout mou » se moquait-il à la fois d’elle et de ses excuses. Joan le connaissait pour savoir lire dans son regard qu’il n’y avait rien à pardonner, que tout était déjà oublié. « Je veux un striptease »



AVENGEDINCHAINS
 


I think I took too much
I'M ADDICTED TO YOUR TOUCH
You're my Venus

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?  

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu poses tes valises, ou tu ne fais que passer ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Streets of New Orleans :: Welcome to the New Orleans :: Central Business & Warehouse District :: Les habitations-